Coronavirus: alors que l'Europe tremble et craint le reconfinement, le Portugal entame un déconfinement "prudent"

Réouverture des crèches, des écoles primaires, des salons de coiffure ou des librairies, le Portugal a entamé ce lundi un déconfinement graduel. Graduel car étalé jusqu'à début mai, notamment afin d'éviter une reprise de l'épidémie de coronavirus qui a durement frappé le pays en début d'année.

"Nous entrons aujourd'hui dans la première phase du déconfinement qui doit être très prudent, graduel et au compte-gouttes", a affirmé le Premier ministre Antonio Costa sur son compte Twitter. "Nous ne pouvons pas courir de risques et tout gâcher", a-t-il souligné.

Un déconfinement d'autant plus remarqué qu'ailleurs en Europe, beaucoup de pays craignent les semaines à venir tandis que la plupart des indicateurs repassent dans le rouge. De l'Italie à la France, en passant par les pays de l'Est, la coronavirus semble bien décidé à résister jusqu'au bout. 

Relâchement automnal 

2 images
Coronavirus: alors que l'Europe tremble et craint le reconfinement, le Portugal entame un déconfinement "prudent" © PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

Confronté à une explosion des cas de Covid-19 après les fêtes de fin d'année, résultat du relâchement automnal d'octobre, novembre, le Portugal a du faire face à une saturation des hôpitaux du pays. Situation qui a contraint le gouvernement a imposer un deuxième confinement général à la mi-janvier, suivi une semaine plus tard par la fermeture des écoles. Des mesures relativement bien suivies, ce qui a permis de relâcher la bride après des mois de contraintes. 

Selon le plan de déconfinement dévoilé jeudi dernier, l'appel à rester chez soi ne sera levé qu'après le week-end de Pâques, dans trois semaines. C'est alors que pourront rouvrir les collèges et les terrasses, ainsi que les monuments et les musées. Les lycées, les universités et les salles de spectacle devront attendre jusqu'au 19 avril, tandis que les restaurants ou les salles de sport ne rouvriront que début mai.

Accalmie

Après avoir avoisiné à la fin janvier les 13.000 nouveaux cas par jour, en moyenne glissante sur sept jours, le Portugal en comptait dimanche moins de 600 pour la première fois depuis la mi-septembre. Et le nombre de malades hospitalisées est retombé ce week-end sous le seuil des 1.000 patients pour la première fois depuis la mi-octobre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK