Corée: les Etats-Unis prêts à reprendre les négociations de dénucléarisation sans délai

Corée: Kim et Moon en réunion au sommet
3 images
Corée: Kim et Moon en réunion au sommet - © AFP

Après le geste de la Corée du nord d'hier, les Etats-Unis se disent prêts à retourner immédiatement à la table de négociation.
Les discussions patinaient depuis des semaines. Le processus était au point mort après le sommet de Singapour au mois de juin.
Les engagements pris entre le dirigeant nord coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump étaient trop vagues, sans modalités ni calendrier. Mais ce mercredi, la Corée du nord a accepté de fermer, sous le contrôle d'inspecteurs internationaux, son site d'essai de missiles. On ne parle pas encore de mettre fin au développement d'armes nucléaires. Sur ce point, la Corée du nord évoque seulement la fermeture de son complexe de production Si les Etats-Unis prennent des mesures "correspondantes".

Une avancée limitée, mais concrète, pour relancer le processus

Mercredi soir, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a salué cet engagement important et se dit prêt à reprendre immédiatement les négociations. Il rencontrera le ministre nord coréen des Affaires étrangères la semaine prochaine à New York.

Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé avoir "invité ce matin (mercredi, NDLR)" son homologue nord-coréen Ri Yong Ho à le rencontrer "la semaine prochaine à New York" en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'Onu. "Les Etats-Unis félicitent le président Moon Jae-in et le président Kim Jong Un pour l'issue positive de leur sommet à Pyongyang", a-t-il déclaré, saluant le fait que les dirigeants sud-coréen et nord-coréen aient "réaffirmé" l'engagement en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Il a particulièrement applaudi la décision nord-coréenne de "compléter le démantèlement déjà annoncé du site de Tongchang-ri", dédié aux tests de moteurs de missiles, "en présence d'inspecteurs américains et internationaux", ainsi que la proposition d'un "démantèlement permanent de toutes les installations à Yongbyon en présence d'inspecteurs américains et de l'Agence internationale de l'énergie atomique".

Outre la possible rencontre entre les deux ministres des Affaires étrangères la semaine prochaine, l'administration Trump a aussi "invité des représentants nord-coréens à rencontrer" le représentant spécial des Etats-Unis pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, à Vienne "à la première occasion".

Pour les Etats-Unis, l'objectif est d'aboutir à une dénucléarisation complète de la Corée d'ici 3 ans, pour la fin du mandat de Trump. Cela doit aussi permettre de "construire un régime de paix stable et durable sur la péninsule coréenne", a-t-il ajouté, sans préciser si le gouvernement américain est prêt à conclure rapidement une déclaration ou un traité de paix pour mettre fin formellement à la guerre de Corée, qui ne s'est achevée en 1953 que par un simple armistice. 

Et pour les Coréens du nord comme du sud, le but est aussi le rapprochement entre les deux pays : une candidature commune pour accueillir les Jeux olympiques de 2032 est annoncée, de même que des efforts pour réunir les familles du nord et du sud divisées depuis la guerre ou encore l’interconnexion des réseaux ferrés et routiers...

Diplomatie du pic: les dirigeants des deux Corées au Mont Paektu 

Kim Jong Un et Moon Jae-in se rendaient jeudi dans le berceau spirituel de la nation coréenne pour une démonstration d'unité après le nouveau souffle donné par le sommet intercoréen aux négociations entre Pyongyang et Washington.

Séoul comme Pyongyang avaient à coeur de resserrer leurs liens, Kim pour faire profiter son pays de la puissance économique du Sud, Moon pour éloigner de la péninsule le spectre d'un dévastateur conflit intercoréen.

Le dirigeant nord-coréen doit ainsi se rendre à Séoul. La visite, qui pourrait intervenir cette année, serait la première d'un dirigeant du Nord dans la capitale sud-coréenne depuis la fin de la guerre (1950-53) qui s'est achevée sur un armistice et non un traité de paix.

les deux dirigeants ont annoncé leur volonté de faire acte de candidature commune à l'organisation des Jeux olympiques de 2032. Ils ont également promis l'organisation régulière de réunions de familles divisées par la guerre ou un effort pour connecter leurs réseaux routiers et ferrés.

Jeudi, Moon et Kim ont emprunté des vols séparés au départ de Pyongyang pour Samjiyon, un aéroport proche du Mont Paektu, selon les informations d'un pool de journalistes.

Sur les images de la télévision, on pouvait voir le convoi du président sud-coréen filer à travers les rues de la capitale. Sur les trottoirs, des gens vêtus de leurs plus beaux atours agitaient des drapeaux et des bouquets en scandant : "Unification de la mère patrie!"

Les deux dirigeants ont ensuite pris une voiture pour gagner le Mont Paektu, à la frontière avec la Chine, a expliqué à la presse un porte-parole de la présidence sud-coréenne.

La montagne haute de 2744 mètres est considérée comme sacrée par tous les Coréens car elle est réputée être le lieu de naissance de Dangun, fondateur légendaire du royaume coréen.

D'après les biographies officielles nord-coréennes, cette montagne est également le lieu où Kim Il Sung, fondateur de la Corée du Nord et grand-père de Kim Jong Un, mena la résistance contre le colonisateur japonais qui régna sur la péninsule de 1910 à 1945.

Les touristes sud-coréens se pressent pour voir la montagne au départ de la Chine mais seuls une poignée de Sud-Coréens ont été autorisés à y accéder à partir de la Corée du Nord, pour la plupart à des fins de recherches.

Après leur excursion, M. Moon prendra un vol direct pour Séoul, concluant trois jours de sommet, selon son porte-parole.

 

Sommet intercoréen: le sujet du JT du 19 septembre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK