Corée du Sud : la peine de 20 ans de prison contre l'ex-présidente Park confirmée

Corée du Sud: la peine de 20 ans de prison contre l'ex-présidente Park confirmée
Corée du Sud: la peine de 20 ans de prison contre l'ex-présidente Park confirmée - © JUNG YEON-JE - AFP

La Cour suprême sud-coréenne a définitivement confirmé jeudi la condamnation de l’ex-présidente Park Geun-hye à 20 ans de prison dans le retentissant scandale de corruption qui avait précipité sa destitution en 2017.

Première femme élue présidente en Corée du Sud, Mme Park avait en 2018 été condamnée à 30 années de prison pour corruption et abus de pouvoir. Une série de recours et de nouveaux procès avaient par la suite ramené sa peine à 20 ans de détention.

Jeudi, le dossier est revenu pour la seconde fois devant la Cour suprême qui a confirmé la peine de 20 ans.

La haute juridiction a également approuvé les amendes et indemnités auxquelles l’ex-présidente doit renoncer, et qui s’élèvent en totalité à 21,5 milliards de wons (16 millions d’euros).

Mme Park, qui boycotte de longue date les audiences en dénonçant une justice partiale, était absente jeudi.

Elle a été condamnée à deux années de prison pour des infractions aux législations électorales. Ces peines n’ayant pas été confondues, l’ex-dirigeante aura plus de 80 ans si elle purge l’intégralité des 22 années de prison auxquelles elle a été condamnée.

Mme Park avait été reconnue coupable d’avoir reçu ou demandé des dizaines de millions de dollars de conglomérats sud-coréens, dont Samsung Electronics, d’avoir partagé des documents classés secrets, d’avoir mis sur une "liste noire" des artistes critiques de sa politique ou encore d’avoir limogé des responsables qui s’opposaient à ses abus de pouvoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK