Corée du sud: extinction de l'éclairage pour doper la natalité

RTBF
RTBF - © RTBF

Le ministère de la santé sud-coréen a décidé d'éteindre une fois par mois toutes les lumières à 19 heures. L'objectif est d'inciter les employés à rentrer chez eux plus tôt, à s'occuper de leur famille et à consacrer du temps à procréer.

Depuis quelques années, les salariés du ministère sont encouragés à partir plus tôt le mercredi, mais ils traînent les pieds. D'où la décision de leur couper la lumière dès 19 heures pour les obliger à quitter leur travail.

Les employés mariés du ministère de la santé ont en moyenne 1,63 enfants contre 1,82 chez l'ensemble des fonctionnaires. Ce ministère souhaite remonter à 2 à l'horizon 2020.

Un taux de natalité en chute   

Les préoccupations du ministère de la santé reflètent celles du pays. Après avoir battu tous les records en 2008 avec un taux de natalité de 1,19, ce dernier a encore chuté en 2009 pour atteindre 1,08. Le gouvernement s'est donné un objectif de 1,6 à l'horizon 2020.

Cette politique est à l'opposé de celle qui a prévalu les années précédentes. Pour enrayer l'explosion démographique des années 70, les gouvernements ne s'étaient pas contentés de jouer avec la lumière. Avoir plus de deux enfants était considéré comme anti-patriotique et jusqu'au tournant des années 90, les hommes étaient dispensés du service militaire s'ils acceptaient une vasectomie.

Peu d'encouragements à procréer

Le développement phénoménal du pays, l'un des plus pauvres du monde au lendemain de la Guerre de Corée et désormais l'un des plus riches, explique en grande partie la baisse du taux de natalité.

Mais si son taux de natalité est aussi bas, c'est aussi parce que la société fait tout pour dissuader les parents potentiels. Il n'existe pas beaucoup d'aides, et pour éviter de sacrifier leur carrière, les parents sont souvent obligés de sous-traiter leurs devoirs parentaux à leurs propres parents. De plus, dans un pays où le système éducatif est très compétitif, les frais de scolarité et d'éducation absorbent une grande partie des revenus des parents.

D'ici 2050, pendant que la population mondiale augmentera de 13,4%, celle de la Corée du sud baissera de 13,1%, passant de 49 à 42 millions et du 26ème au 46ème rang mondial.

La chute de la natalité met en danger la compétitivité de la Corée du sud dont la principale richesse repose précisément sur le dynamisme de la population.

L. Hd. avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Matin Première
en direct

La Première Bxl

Matin Première