Corée du Nord et Corée du Sud d'accord sur des mesures de dénucléarisation

Corée du Nord et Corée du Sud d'accord sur des mesures de dénucléarisation
2 images
Corée du Nord et Corée du Sud d'accord sur des mesures de dénucléarisation - © AFP

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a accepté de procéder au démantèlement permanent des ses infrastructures nucléaires en présence d'experts nationaux,  a affirmé le président sud-coréen Moon Jae-in lors d'une conférence de presse conjointe suivant le sommet entre les deux dirigeants à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord.  

La Corée du Nord va fermer son site d'essai de missiles de Tongchang-ri, a annoncé mercredi le président sud-coréen Moon Jae-in après le sommet. "Le Nord a accepté de fermer de façon permanente le site d'essai de moteur de missiles de Tongchang-ri et l'installation de lancement de missile en présence d'experts des Nations concernées", a déclaré le président Moon.

La Corée du Nord a accepté de franchir "des étapes concrètes" vers la dénucléarisation de son  pays, selon le dirigeant sud-coréen.

Les deux Corées se sont mises d'accord pour "retirer tous les dangers qui pourraient provoquer une guerre dans la péninsule", selon M. Moon qui a évoqué "une dénucléarisation complète dans un avenir proche".

Kim Jong Un a annoncé mercredi qu'il se rendrait à Séoul prochainement, dans ce qui constituerait la première visite d'un dirigeant nord-coréen dans la capitale sud-coréenne depuis la partition de la péninsule.

La Corée du Nord, sous le coup de multiples sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU en raison de ses programmes nucléaire et balistique interdits, a effectué de nombreux lancements de missiles depuis ce site. Mais elle en a aussi tiré d'autres endroits, et notamment de l'aéroport international de Pyongyang, ce qui relativise la portée de l'engagement pris par M. Kim. M. Moon a aussi affirmé que la Corée du Nord pourrait fermer son complexe nucléaire de Yongbyon, si Washington prenait "des mesures correspondantes", une condition, là aussi, très vague.
 

Construit pour être sacrifié

Jeffrey Lewis, spécialiste du contrôle des armements, a déclaré sur Twitter que l'opinion généralement admise était que cette usine d'enrichissement d'uranium "avait été construite avec la claire intention d'être sacrifiée". Il ajoute supposer que le Nord a "au moins un autre" site de production.

M. Moon avait entamé mardi cette visite de trois jours dans la capitale nord-coréenne pour son troisième sommet depuis le début de l'année avec Kim Jong Un, avec l'espoir de donner un nouvel élan aux négociations sur la dénucléarisation entre Pyongyang et Washington, actuellement dans l'impasse.

Après une première rencontre très symbolique entre MM. Moon et Kim en avril dans la partie sud de la Zone démilitarisée (DMZ) divisant la péninsule, après une rencontre historique en juin entre le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump à Singapour, la pression est désormais très forte pour que la diplomatie génère des progrès concrets.

A Singapour, Kim Jong Un avait réitéré un engagement nord-coréen vague en faveur de la dénucléarisaton de la péninsule, mais aucun détail n'avait été décidé. Et Washington et Pyongyang divergent sur le sens de cet engagement.

Washington exige "une dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée" tandis que Pyongyang veut une déclaration officielle des Etats-Unis pour marquer la fin de la guerre de Corée, qui s'est achevée en 1953 sur un simple armistice.

Le Nord a dénoncé les méthodes de "gangster" des Américains, accusés de vouloir obtenir son désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape et sans alléger la pression ni les sanctions.

Gens "ordinaires"

Une visite de M. Kim à Séoul serait la première dans la capitale sud-coréenne d'un leader nord-coréen depuis la fin de la Guerre de Corée.

Séoul et Pyongyang ont tous les deux à coeur de réactiver les projets de coopération conjoints, M. Kim pour faire profiter son pays de la puissance économique du Sud, M. Moon pour éloigner de la péninsule le spectre d'un dévastateur conflit intercoréen.

Le Rodong Sinmun, organe du parti au pouvoir à Pyongyang, a largement couvert le début du sommet, avec mercredi pas moins de 35 photos sur quatre de ses six pages.

En "une", il a repris l'image de l'accolade entre les deux leaders à l'aéroport de Pyongyang, puis des clichés de l'impressionnante ovation soigneusement chorégraphiée qui a accompagné la parade des deux hommes dans les rues de la capitale, et d'autres photos du toast lors du banquet.

Pyongyang souhaite offrir à l'occasion de cette visite une image de modernité, ce que reflètent plusieurs événements du programme officiel.

Mercredi soir, M. Moon et sa délégation dîneront dans un restaurant de poisson récemment ouvert sur les berges du Taedonggang, le fleuve traversant la capitale.

Il se trouve en face de la colline Mansu, où des statues géantes du père fondateur de la Corée du Nord Kim Il Sung et de son fils et successeur, Kim Jong Il, dominent Pyongyang.

Ce choix répond au désir émis par le président nord-coréen de dîner dans un restaurant local avec des gens "ordinaires". Mais un magasin attenant au restaurant vend des pots de 50 grammes de caviar pour 50 dollars, un luxe impossible pour la population nord-coréenne.

Plus tard, M. Moon assistera à un "spectacle de masse", ces shows de propagande dont Pyongyang a le secret .

Celui de mercredi impliquera des dizaines de milliers de figurants, avec en arrière-plan pas moins de 17.490 enfants tournant ensemble des pages de livres colorées pour offrir une impressionnante toile de fond en perpétuel évolution, dans les tribunes du Stade du Premier-Mai.

Réaction américaine

Le président américain Donald Trump s'est dit "très excité" par l'accord conclu entre le chef nord-coréen Kim Jong-Un et le président sud-coréen Moon Jae-in sur des mesures de dénucléarisation de la péninsule coréenne, a-t-il tweeté mercredi.

"Kim Jong-Un a accepté d'autoriser les inspections nucléaires, sous réserve de négociations finales, et de démanteler de façon permanente un site d'essai (de moteurs de missiles) et une aire de lancement (de missiles) en présence d'experts internationaux. En attendant, il n'y aura pas d'essais missiles ou nucléaires", a écrit M. Trump.

"En outre, la Corée du Nord et la Corée du Sud déposeront une offre conjointe pour accueillir les Jeux olympiques de 2032. Très excitant!", a-t-il encore ajouté.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK