COP15 sur la biodiversité : toujours des désaccords alors que l’urgence est là

L’ONU a salué vendredi les "discussions productives" des Etats qui planchent sur un accord mondial de protection de la nature dans la perspective de la COP15 sur la biodiversité en 2022, relevant toutefois les divergences qui persistent.

Les délégations des pays membres de la Convention pour la diversité biologique (CBD) étaient réunies en ligne depuis le 23 août pour la première fois depuis la présentation en juillet de l’ébauche du texte qui doit être finalisé lors de cette COP15 repoussée à avril 2022, à Kumming en Chine.

A l’issue de cette session virtuelle vendredi, la CBD a qualifié ces échanges de "productifs et constructifs". "L’engagement (des délégués) nous mène un peu plus près du commencement d’une nouvelle ère pour la protection de la nature", a commenté sa secrétaire exécutive Elizabeth Maruma Mrema dans un communiqué.

"Nous avons vu plus de convergences entre les délégués et même les zones de divergences sont mieux délimitées désormais", ont ajouté les deux co-présidents des négociations, Basile van Havre et Francis Ogwal.

Trop lent

Cette session était principalement dédiée à l’exposé de la position de chaque Etat sur le projet de texte, qui comporte notamment 21 cibles à atteindre en 2030 pour parvenir à "vivre en harmonie avec la nature" à l’horizon 2050.

L’une de ces cibles, visant à protéger 30% des terres et des océans d’ici 2030 est l’une de celles ayant fait l’objet d’une des plus grandes "variétés de vues", a précisé Basile van Havre.

WWF a de son côté souligné le "manque d’ambition et d’empressement des gouvernements" et la persistance de divergences majeures.

"Ces discussions ont permis aux Etats de trouver un terrain d’entente sur de nouveaux sujets mais tout ça pourrait être détricoté au prochain round de négociations", a commenté Li Lin, de WWF International.

L’ONG "est très inquiète de ce qu’il reste à faire pour parvenir à un accord sur la biodiversité aussi ambitieux et complet que l’accord de Paris sur le climat", a-t-elle ajouté. "Le temps commence à manquer".

La COP15, qui devait initialement se tenir en octobre 2020, a été repoussée deux fois en raison de la pandémie.

Hasard de calendrier, au moment où se terminait cette session de négociations s’est ouvert vendredi à Marseille le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Sans être un espace de négociations diplomatiques, ce congrès de la plus grande organisation de protection de la nature s’intègre dans cette séquence internationale pour la biodiversité, en réunissant tous les acteurs et définissant des priorités pour les prochaines années.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK