Contrôle des frontières: l'Autriche recourt à l'armée face aux réfugiés

Crise des migrants - "L'Autriche doit réintroduire des contrôles à ses frontières"
Crise des migrants - "L'Autriche doit réintroduire des contrôles à ses frontières" - © Belga

L'Autriche va faire immédiatement appel à l'armée pour seconder la police dans la gestion du flux de migrants qui arrivent majoritairement de Hongrie, a annoncé lundi le chancelier Werner Faymann.

Vienne va réintroduire le contrôle aux frontières et mobiliser 2200 hommes "dans les deux heures" pour "assister la police", notamment "pour les contrôles frontaliers, là où c'est nécessaire", a précisé Werner Faymann lors d'une conférence de presse, au lendemain de l'annonce par l'Allemagne d'une réintroduction des contrôles à ses frontières.

"Nous allons procéder comme l'Allemagne, à savoir que les contrôles provisoires aux frontières sont autorisés dans le cadre de Schengen et que nous allons donc les introduire", a-t-elle déclaré, peu avant une réunion extraordinaire des ministres européens de l'Intérieur.

Le chancelier fédéral Werner Faymann avait, jusqu'à présent, rejeté la réinstauration des contrôles aux frontières du territoire. Face à l'arrivée de dizaines de milliers de réfugiés auquel elle affirme ne plus pouvoir faire face, l'Allemagne a décidé dimanche soir de réintroduire des contrôles à ses frontières, à commencer par celle qu'elle partage avec l'Autriche, suspendant du même coup l'espace européen Schengen de libre circulation entre pays.

Dimanche, 15 000 réfugiés sont entrés sur le territoire autrichien

D'ici peu des dizaines de milliers de personnes, qui ne peuvent pas prendre la direction de l'Allemagne, vont se retrouver bloquées en Autriche, d'après Sebastian Kurz.

Rien que dimanche, 15 000 réfugiés sont entrés sur le territoire autrichien à Nickelsdorf sur la frontière hongroise, rapportent les services de police. Quelques 5000 migrants supplémentaires devraient encore arriver dans le pays cette nuit. L'Autriche ne peut pas faire face seule à cet afflux, a insisté le ministre des Affaires étrangères.

Les chemins de fer allemands, Deutsche Bahn, ont également annoncé dimanche qu'ils suspendaient leur trafic en provenance et à destination de l'Autriche jusqu'à lundi 05h00 du matin. "Un retour à l'âge de pierre", a commenté Sebastian Kurz.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK