Giuseppe Conte renonce à être Premier ministre italien, Di Maio réclame un départ présidentiel

Giuseppe Conte renonce à être Premier ministre italien
Giuseppe Conte renonce à être Premier ministre italien - © VINCENZO PINTO - AFP

Giuseppe Conte, choisi par le Mouvement 5 Etoiles (M5S, populiste) et la Ligue (extrême-droite) pour occuper la fonction de président du Conseil, a renoncé à former un gouvernement, a annoncé ce dimanche la présidence italienne après une rencontre entre Conte et le chef de l'Etat Sergio Mattarella.

Sergio Mattarella a refusé d'accepter que l'économiste Paolo Savona prenne le portefeuille des Finances, avait-on appris de sources politiques ce dimanche quelques minutes avant le nouvel entretien entre les deux hommes, en raison notamment de son hostilité connue et déclarée pour l'euro et pour les institutions européennes.

Avant la fin de la réunion entre Mattarella et Conte, le chef de file de la Ligue a annoncé, sans confirmer explicitement le veto présidentiel, que la seule solution désormais était la tenue de nouvelles élections législatives, probablement cette année.

"Dans une démocratie, si nous sommes toujours en démocratie, il n'y a qu'une seule chose à faire, laisser les Italiens avoir leur mot à dire", a déclaré Matteo Salvini devant des partisans rassemblés dans le centre de l'Italie.

Salvini et le dirigeant du M5S, Luigi Di Maio, se sont entretenus dimanche de manière informelle avec le président de la République afin de trouver une solution.

"Le problème est Savona", a déclaré une source au sein de la coalition, précisant que l'économiste n'avait pas suffisamment adouci certaines de ses positions sur l'Europe. Paolo Savona, 81 ans, doute de la pertinence du maintien de l'Italie dans la zone euro.

La colère des chefs de file

Luigi Di Maio et Matteo Salvini, les chefs de file des antisystème et de l'extrême droite en Italie, ont exprimé leur fureur ce dimanche soir après que le Premier ministre qu'ils avaient choisi, a jeté l'éponge.

"Nous avons travaillé pendant des semaines pour faire naître un gouvernement qui défende les intérêts des citoyens italiens. Mais quelqu'un (sur la pression de qui? ) nous a dit NON", a réagi Matteo Salvini, le patron de la Ligue (extrême droite), sur les réseaux sociaux.

Luigi di Maio a demandé la destitution du président ce dimanche soir.

Le président affirme ne pas avoir fait obstacle

Le président de la République italienne, Sergio Mattarella, a assuré dimanche que personne "ne pouvait soutenir qu'il avait fait obstacle à la formation d'un gouvernement".

"J'ai facilité de toutes les manières la tentative d'arriver à un gouvernement", a déclaré devant la presse Mattarella après que Guiseppe Conte, qu'il avait chargé de cette mission le 23 mai, eut renoncé.

"Il s'est dégagé une majorité parlementaire (aux législatives du 4 mars) entre le Mouvement 5 Etoiles (antisystème) et la Ligue (extrême droite) qui, même opposés pendant les élections, sont parvenus à une entente après un grand travail de programme", a déclaré Mattarella. "J'ai attendu le temps qu'ils m'ont demandé pour arriver à un accord de programme et pour le faire approuver par leurs bases respectives de militants", a-t-il poursuivi.

"Personne ne peut donc soutenir que j'aie fait obstacle à un gouvernement défini comme un gouvernement de changement", a dit le chef de l'Etat, assurant qu'il avait apporté "une grande collaboration" à "cette tentative".

Ce dernier a assuré avoir "partagé et accepté toutes les propositions pour les (nominations des) ministres à l'exception du ministre de l'Economie", l'eurosceptique Paolo Savona. "La désignation du ministre de l'Economie constitue toujours un message immédiat de confiance ou d'alarme pour les opérateurs économiques et financiers".

"J'ai demandé pour ce ministère un représentant politique de la majorité cohérent avec l'accord de programme (...) qui ne soit pas vu comme le soutien à une ligne qui pourrait provoquer la sortie inévitable de l'Italie de l'euro", a déclaré M. Mattarella.. "Face à mes sollicitations, j'ai enregistré avec regret une indisponibilité pour tout autre solution et le président du conseil m'a remis son mandat", a-t-il ajouté.

En quête d'une solution

Le président italien Sergio Mattarella, à la recherche d'une solution après l'échec de Giuseppe Conte dans sa tentative de former un gouvernement, a convoqué l'économiste Carlo Cottarelli lundi matin, a annoncé la présidence.

Agé de 64 ans, Cottarelli a été haut responsable au Fonds monétaire international (FMI) et s'est vu attribuer le surnom de "M. Ciseaux" quand il a été chargé de la révision des dépenses publiques par le gouvernement d'Enrico Letta (centre gauche) en 2013

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK