"Connus de Scotland Yard": les propos de Trump font bondir Theresa May

Le président Trump estime qu'il faut s'occuper du terrorisme "plus férocement".
Le président Trump estime qu'il faut s'occuper du terrorisme "plus férocement". - © NICHOLAS KAMM - AFP

"Une nouvelle attaque à Londres par un terroriste raté", avait réagi le président américain Donald Trump à l'explosion dans un métro londonien ce vendredi matin, laissant entendre que les individus étaient connus de la police britannique.

"Ce sont des gens malades et déments qui étaient connus de Scotland Yard. Il faut être proactif!", a-t-il publié, comme à son habitude, sur Twitter. Des propos qui ont notamment fait réagir la Première ministre britannique Theresa May, les qualifiant de "spéculations inutiles".

Insistant sur le qualificatif "loser" (raté) adossé aux terroristes, Trump a ajouté qu'il "faut s'en occuper d'une manière plus féroce", a-t-il encore écrit.

"Nous devons être proactifs et sans pitié"

Le milliardaire, qui n'est jamais à court d'idées, propose ainsi de "leur couper Internet" qui, dit-il, "est leur principal outil de recrutement".

Trump conclut en se félicitant des progrès réalisés contre le groupe terroriste État islamique. "Nous avons davantage progressé contre Daech ces neufs derniers mois que l'administration Obama en huit ans", a-t-il vociféré dans un dernier tweet, concluant par "Nous devons être proactifs et sans pitié ("nasty", ndlr)".

"Des spéculations inutiles"

Ces tweets ne sont évidemment pas passés inaperçus. La Première ministre Theresa May, qui s'est exprimée à la télévision après une réunion de crise, a qualifié les propos du président américain de "spéculations inutiles".

"Je trouve que cela n'aide vraiment pas lorsque quelqu'un spécule sur une enquête en cours", a-t-elle affirmé.

Après cette déclaration, Donald Trump a annoncé qu'il allait appeler la Première ministre britannique.

Plus tôt, l'ancien chef de cabinet de Theresa May, Nick Timothy – aujourd'hui éditorialiste du Telegraph et du Sun –, avait lui aussi jugé inappropriée la remarque de Trump à propos de Scotland Yard.

"Que ce soit vrai ou faux – et je suis sûr qu'il (Donald Trump) ne le sait pas lui-même –, cela n'aide vraiment pas, venant de la part du chef de notre allié et partenaire de renseignement", a-t-il écrit dans un tweet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir