Connaissez-vous la stratégie "untact"? Le projet de la Corée du Sud pour une vie sans contact

"Untact". Un seul mot pour évoquer un projet de société. En Corée du Sud, où on prépare activement la période post-Covid, "Untact" traduit la volonté des autorités du pays de donner un nouvel élan à l'économie en soutenant les initiatives qui mèneront demain vers une vie "sans contact". Ce mot, "untact", apparaît à 47 reprises dans le plan de relance de 136 pages rendu public mi-juillet par les autorités pour tenter de permettre au pays de réduire au maximum les effets dévastateurs de la pandémie au niveau économique. 

Au cœur du "New Deal" à la coréenne

En clair, les autorités du Corée du Sud parient sur le fait que, demain, il faudra encourager les citoyens à entrer le moins possible en contact direct avec les personnes et les objets pour maintenir une sécurité sanitaire importante. Si la stratégie peut paraître radicale, elle est en tout cas au cœur du plan de relance des autorités baptisé "New Deal" et qui va permettre de débloquer près de 110 milliards d’euros dans le but de créer 1,9 million d’emplois d’ici 2025.

3 images
Une employée de SK Telecom teste un nouveau système pour mener des entretiens d’embauche à distance, Séoul, Corée du Sud, le 4 juin 2020. © JUNG YEON-JE – AFP

Plus de 40 milliards d’euros pour réduire les contacts

Il y a plusieurs volets à ce plan. Un des points clé vise à investir de manière plus massive pour encourager les entreprises à développer des robots, des véhicules autonomes, des drones, des hôpitaux intelligents et toute autre technologie qui pourra permettre de réduire les contacts. Plus de 40 milliards d’euros seront débloqués pour ce volet-là, qui inclut tout ce qui touche à la digitalisation.

Des serveurs robotisés aux hôpitaux intelligents

En Corée du Sud, le développement de technologies liée aux services qui permettent de vivre avec le moins de contact possible existe depuis plusieurs années déjà. Il faut dire que le pays est un des plus connectés au monde et vivre une partie importante de son temps derrière un écran est déjà une réalité pour certains Sud-coréens. Le mot "untact" n’est d’ailleurs pas neuf en Corée du Sud mais il est désormais érigé au rang de projet de société par le gouvernement. Des serveurs robotisés dans les restaurants aux hôpitaux intelligents, en passant par les arrêts de bus pensés pour éliminer le virus, le pays est en première ligne.


►►► À lire aussi : Voici comment la Corée du Sud gère les personnes mises en quarantaine


Pour cela, le plan prévoit le développement de la 5G et de l’intelligence artificielle qui doit permettre, selon les termes du plan de relance, de créer des convergences et notamment de mettre en place des infrastructures digitales pour un enseignement à distance plus efficace. Le but est de faire la promotion des cours et des formations professionnelles en ligne.

3 images
Un enseignant donne un cours en ligne à ses élèves pendant la pandémie de Covid-19, à Séoul, Corée du Sud, le 9 avril 2020. © JUNG YEON-JE – AFP

Le plan vise aussi à créer 18 hôpitaux intelligents où les services de soins à distance seraient privilégiés, à soutenir la mise en place de supports pour amplifier encore la vente en ligne du côté des commerçants ou à introduire des salles de conférences virtuelles au sein des petites et moyennes entreprises qui n’en ont pas encore, sans oublier l’amplification de l’utilisation de robots dans les secteurs manufacturiers et logistiques.

Vivre sans contact, une perspective réaliste ?

Le but du gouvernement sud-coréen est donc de développer des "smart cities" (villes intelligentes), mais avec le "sans contact" prioritairement en ligne de mire. Même si cette vision de la société ne fait pas rêver, la stratégie "untact" est bien au cœur de la stratégie de relance économique dans le pays.

Dans une interview au journal français Le Figaro, Park Yang-woo, le ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme de Corée du Sud a expliqué que, selon lui, il devenait nécessaire de "créer une culture sans contact". "Nous devons créer une nouvelle vie, qui inclut moins de contacts en face-à-face a-t-il ajouté. Nous avons baptisé cela la culture "untact" qui sera soutenue par la quatrième révolution industrielle, dont les nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, et la 5G".

Une stratégie assumée et même utilisée comme vecteur de communication pour faire connaître la Corée du Sud sur la scène internationale et renforcer la notoriété du pays, selon le ministre. Une chose est certaine. On n’a pas fini d’entendre parler de ce mot… "untact".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK