Congo: le M23 "destitue" de ses fonctions son chef politique

L'intérim de la présidence politique est assurée par le général Sultani Makenga, chef du bras politique du M23. Le M23 occupe une partie du territoire dans l'est du pays et a occupé pendant une dizaine de jours la capitale provinciale du Nord Kivu, Goma, en novembre dernier.

"Monsieur Runiga vient d'être destitué de ses fonctions de président du mouvement pour incapacité et incompétence. Il appuie financièrement un général recherché par la Cour pénale internationale : monsieur le général de brigade Bosco Ntaganda", a déclaré le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23.

Cette décision a été prise "devant le haut-commandement militaire et devant le congrès", réunis mercredi, a-t-il ajouté. Selon lui Runiga "a reconnu qu'il avait collaboré" avec Ntaganda, "donc il a avoué", a-t-il dit. Le Haut-commandement militaire a donc décidé de l'exclure.

Selon le lieutenant-colonel Kazarama, Jean-Marie Runiga a quitté la résidence qu'il habitait à Bunagana, à la frontière avec l'Ouganda, pour "rejoindre" le général Ntaganda dans le "parc des Virunga", à la frontière du Rwanda et de l'Ouganda - deux pays accusés par l'ONU de soutenir le M23, ce qu'ils réfutent.

Il a par ailleurs souligné que des militaires pro-Ntaganda ont quitté le M23 avec Runiga, mais n'a pas pu donner leur nombre.

Cette décision intervient alors que des affrontements ont opposé dimanche soir les factions rivales du mouvement rebelle. Selon une source hospitalière, ils auraient fait 10 morts mais selon le gouvernement 17 morts ont été dénombrées après un échange de tirs.


Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK