Congo: la Monusco a reçu le feu vert pour pilonner les positions du M23

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a reçu lundi le "feu vert" pour pilonner les dernières positions des rebelles du M23.

Dans le cadre de leur mission de protection des civils, des hommes de la brigade d'intervention de la Monusco sont entrés en action en tirant au mortier sur le dernier réduit rebelle après la chute d'obus sur la localité congolaise de Bunagana, à la frontière avec l'Ouganda, a ajouté cet officier.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mende Omalanga, avait déclaré : "Le M23 doit faire une annonce claire, nette et sans ambiguïtés de la fin de la rébellion armée qu'il lancé voici près de vingt mois dans le Nord-Kivu. Ce qui est attendu, ce n'est pas une cessez-le-feu. C'est la fin de toute activité militaire du M23".

La direction du M23 avait annoncé dimanche un cessez-le-feu unilatéral, mais les combats se sont poursuivis lundi, selon la rébellion.

Les Forces armées de la RDC (FARDC) avaient pilonné pendant huit heures environ les positions du M23, situées à environ 80 km au nord de Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu, et les combats s'étaient même intensifiés après la publication, en début d'après-midi de l'ordre de cessez-le-feu de la direction de la rébellion.

Le M23 ne contrôle plus que quelques collines à environ 2.000 mètres d'altitude aux confins du Rwanda et de l'Ouganda, deux pays accusés de soutenir la rébellion - ce qu'ils démentent.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK