Congo: l'ONU lance des opérations "offensives" contre les FDLR

Ces opérations ont débuté dans la région de Kalembe, à quelques centaines de kilomètres au nord de Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu, voisine du Rwanda et de l'Ouganda.

Selon le général dos Santos Cruz, ces opérations s'inscrivent dans un vaste plan contre les groupes armés locaux et étrangers actifs dans la région, après la capitulation début novembre de la rébellion congolaise du Mouvement du 23 mars (M23) défaite par l'action conjointe de l'armée congolaise et des Casques bleus de l'ONU.

L'offensive lancée contre les FDLR a pour objectif de libérer la route Kitshanga-Kalembe-Pinga, a ajouté le commandant des Casques bleus de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco) à Radio Okapi, parrainée par l'ONU.

Le général dos Santos Cruz a annoncé que la Monusco allait également renforcer son appui aux Forces armées de la RDC (FARDC) dans la traque contre les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées-Armée de libération de l'Ouganda (ADF-Nalu) et des groupes armés locaux.

Le commandant des forces de la Monusco a ajouté que la mission onusienne avait pris des dispositions pour sécuriser la frontière entre la RDC et les pays voisins pendant ces opérations.

"Tout le monde sait que la présence des groupes armés le long de la frontière crée le problème avec les états voisins. Nous avons déjà intensifié les patrouilles et des observations le long de la frontière et nous planifions des actions contre toute position des rebelles le long de la frontière", a expliqué le général brésilien.

La RDC et le Rwanda s'accusent mutuellement de se déstabilisation par rébellions interposées. Kinshasa accusait notamment Kigali de soutenir la rébellion du M23. De leur côté, les autorités rwandaises reprochent à leurs homologues congolaises de soutenir les FDLR, dont certains sont accusés d'avoir participé au génocide de 1994 qui avait fait quelque 800 000 morts - principalement des Tutsi, mais aussi des Hutu modérés - dans leur pays d'origine.

En novembre dernier, le patron de la Monusco, le diplomate allemand Martin Kobler, avait déclaré qu'après le succès contre le M23, la priorité de la Monusco était de combattre les FDLR.

"On va cibler les FDLR parce que c'est notre priorité militaire à cet instant", avait affirmé M. Kobler.

 

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK