Congo: Joseph Kabila n'a rencontré aucun membre du M23

Le président Kabila, revenu à Kinshasa dimanche en début d'après-midi en provenance de Kampala, "n'a rencontré personne de la rébellion" du M23 dimanche dans la capitale ougandaise où il a participé samedi à un sommet régional sur la crise en RDC, a précisé cette source.

Le retrait de Goma des rebelles "est un impératif, tout à fait majeur et incontournable", a déclaré Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, interrogé pour savoir si des négociations avec le gouvernement débuteraient avant que le M23 ne quitte la capitale du Nord-Kivu qu'il a prise mardi.

Plus tôt dans la journée, le président du mouvement rebelle congolais M23 avait déclaré avoir rencontré samedi à Kampala le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila "pour des négociations directes" dont les modalités sont à définir. "Des négociations directes sont prévues entre nous (le M23) et Kabila, et demain (dimanche) nous allons discuter de tout ça. Demain on va parler sur les modalités de ces négociations et sur les points" qui seront à l'ordre du jour, a déclaré Jean-Marie Runiga.

Des chefs d'Etat africains réunis samedi en sommet à Kampala sur le conflit dans l'est de la RDC ont demandé au Mouvement du 23 mars (M23) de se retirer de Goma "d'ici 48 heures", assurant qu'en échange Kinshasa serait prêt à "écouter, évaluer et prendre en compte les revendications légitimes" de la rébellion.

Interrogé sur cet ultimatum de 48H00 laissé au M23 pour quitter Goma, le chef rebelle a déclaré ne pas en avoir été officiellement informé. Cependant, il a souligné que "se retirer de Goma ne peut être que le fruit de ces négociations" entre son mouvement et le président Kabila. Considérer le retrait de Goma comme "préalable" aux négociations, "ce serait ne pas chercher à vouloir régler le problème du Congo", a-t-il estimé, avant d'avertir que le M23 se défendra en cas d'attaque de l'armée congolaise sur ses positions.

D'après lui, les pourparlers devraient concerner les accords de paix du 23 mars 2009 : le M23 demande leur pleine application, mais Kinshasa affirme avoir rempli sa part du contrat. La rébellion veut également "parler d'autres questions de fond qui concernent la vie nationale".

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK