Congo: 7 morts dans un accident en fin de campagne électorale à Brazzaville

Congo: 7 morts dans un accident en fin de campagne électorale à Brazzaville
Congo: 7 morts dans un accident en fin de campagne électorale à Brazzaville - © MARCO LONGARI - AFP

Au moins sept personnes ont été tuées et 82 grièvement blessées vendredi à Brazzaville dans un accident de la circulation qui a eu lieu pendant un carnaval de fin de campagne électorale de l'Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki) de l'opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, a annoncé samedi à la presse ce responsable d'opposition.

"Le bureau politique de l'UDH-Yuki annonce aux militants et sympathisants le décès de sept de ses valeureux militants suite à l'accident de la circulation survenu hier (vendredi). Cet accident a fait outre les morts, 82 blessés graves et légers admis dans les hôpitaux", a déclaré M. Kolélas.

Il a précisé que toutes ces victimes prenaient part à un carnaval de campagne en vue des élections législatives et locales de dimanche. L'accident s'est produit à Madibou, le huitième arrondissement au sud de Brazzaville, la capitale.

"Cet accident est dû à une bêtise humaine: le chauffeur qui conduisait le véhicule était ivre. Il le balançait dans tous les sens. C'est inadmissible", a déploré M. Kolélas.

"Le parti fait sienne la douleur des parents éprouvés (...) et exhorte la base à des journées de méditations", a-t-il poursuivi, invitant tout de même ses militants à se rendre "massivement" aux urnes dimanche.

Pas de vote dans huit des quatorze circonscriptions

Formation nouvellement créée l'UDH-Yuki a présenté 31 candidats à la députation, dont M. Kolélas dans le district de Kinkala, chef-lieu du Pool, région du sud du Congo replongée dans des violences depuis la présidentielle contestée de 2016 remportée par le président Denis Sassou Nguesso.

Au total le Pool compte quatorze circonscriptions électorales. "Le vote n'aura pas lieu (dans huit circonscriptions) en raison de ce que nous avons pu constater: des mouvements importants des populations déplacées", a affirmé Henri Bouka, président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI).

M. Bouka avait pourtant assuré vendredi que l'élection se déroulerait sur tout le territoire congolais, y compris dans le Pool.

Le gouvernement estime à 83.000 le nombre de déplacés dans le Pool où les ONG internationales dénoncent "une répression à huis clos".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir