Conflit israélo-palestinien : Israël ferme la zone de pêche de la Bande de Gaza après des tirs de roquettes

L'armée israélienne a annoncé dimanche la fermeture de la zone maritime de la bande de Gaza, empêchant ainsi les pêcheurs de sortir en mer, après des tirs de roquettes et l'envoi de ballons incendiaires depuis l'enclave palestinienne vers Israël.

La zone maritime a été "immédiatement et jusqu'à nouvel ordre" fermée "en réponse à la poursuite de l'envoi de ballons incendiaires et au tir de roquettes depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien", a indiqué dans un communiqué le Cogat, organe israélien relevant du ministère de la Défense qui est chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens.

Israël impose un strict blocus terrestre, maritime et aérien à l'enclave palestinienne de deux millions d'habitants contrôlée par le mouvement islamiste Hamas depuis plus d'une décennie.

L'Etat hébreu avait déjà réduit mercredi --de quinze à huit milles nautiques-- la zone de pêche autorisée à Gaza en réaction à l'envoi de ces ballons dont certains sont à l'origine de départs de feu dans le sud d'Israël, 19 pour la seule journée de samedi, selon les services d'incendie et de sauvetage israéliens.

Les limites au-delà desquelles la marine israélienne arraisonne les bateaux palestiniens varient en fonction des tensions. Elles ont été réduites jusqu'à trois milles nautiques ces dernières années.

Au cours de la dernière semaine, l'armée israélienne a mené plusieurs frappes nocturnes contre des positions du mouvement islamiste en réponse à ces lancers de ballons incendiaires.

"Des avions de combat ont ciblé des positions du Hamas dans la bande de Gaza" incluant "des infrastructures souterraines du Hamas", en réponse au tir de ballons incendiaires, a annoncé l'armée israélienne samedi dans un communiqué avant d'annoncer plus tard dans la nuit une seconde série de frappes sur Gaza en représailles cette fois à des tirs de roquettes depuis ce territoire palestinien.


A lire aussi : La survie d'Israël "dépend de sa capacité à faire des compromis", pour l'historien Joël Kotek


Malgré une trêve l'an dernier favorisée par l'ONU, l'Egypte et le Qatar, le Hamas et Israël, qui se sont déjà livré trois guerres (2008, 2012, 2014), s'affrontent sporadiquement avec des tirs de roquettes ou des lancers de ballons incendiaires depuis Gaza et des frappes de l'armée israélienne.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK