Conflit en Ukraine : Kiev veut un sommet à quatre et espère une reprise de la trêve

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit vendredi espérer une reprise de la trêve dans la guerre dans l'Est de son pays la semaine prochaine tout en appelant à un sommet de paix avec Moscou, Berlin et Paris.

"Nous nous attendons à une reprise (du cessez-le-feu) après une réunion des conseillers" des dirigeants ukrainien, russe, allemand et français prévue lundi, a-t-il déclaré aux médias à Paris, à l'issue de sa rencontre à Paris avec son homologue français Emmanuel Macron à laquelle la chancelière allemande Angela Merkel a participé en visioconférence.

Il a également appelé à tenir un sommet dit "de format Normandie" avec M. Macron, Mme Merkel et le président russe Vladimir Poutine pour tenter d'apaiser les tensions avec Moscou. "J'ai envie qu'on y participe tous les quatre" pour discuter "de la situation sécuritaire dans l'Est de l'Ukraine et de la dé-occupation de nos territoires", a-t-il souligné.


►►► À lire aussi : Berlin, Paris et Kiev appellent au retrait des troupes russes à la frontière ukrainienne


Depuis le début de l'année, les heurts avec les séparatistes prorusses se sont multipliés dans l'Est de l'Ukraine, tandis que des dizaines de milliers de soldats russes ont été déployés à proximité, laissant craindre une opération militaire d'ampleur. "Nous observons une aggravation de la situation, rien que cette année, 30 soldats ukrainiens ont péri" sur le front, la plupart ont été tués "par des tireurs d'élite", a-t-il ajouté. "On ne peut le regarder sans larmes et sans horreur".

Les rebelles ont, quant à eux, fait état d'au moins vingt morts dans leurs rangs depuis janvier.

Moscou accuse Kiev de préparer une offensive contre les séparatistes, sans donner de preuves tout en prévenant qu'elle irait les secourir en cas d'attaque après avoir distribué dans cette zone des centaines de milliers de passeports russes.

Soutenu par l'Occident, le gouvernement ukrainien craint que Moscou ne cherche à provoquer un casus belli pour tenter de justifier une opération armée.

La guerre dans le Donbass a fait plus de 13.000 morts et près de 1,5 million de personnes déplacées depuis son déclenchement il y a sept ans. La Russie est largement considérée comme le parrain militaire des séparatistes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK