Conflit en Syrie: Paris gèle pour 6 mois les avoirs de diverses entités syriennes et libanaises

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.
Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. - © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP

La France a gelé vendredi les avoirs de sept entités, domiciliées en Syrie, au Liban et en Chine, pour leur implication présumée dans le programme d'armes chimiques syrien, selon des arrêtés publiés au Journal Officiel (l'équivalent français du Moniteur belge, NDLR). Les entreprises Al Mahrous Group (Damas) et ses filiales installées à Dubaï et en Egypte, Sigmatec (Damas), Technolab (Liban) ainsi qu'une société de négoce basée à Guangzhou (Chine) sont notamment concernées.

Deux ressortissants syriens sont également visés, ainsi qu'une personne née en 1977 au Liban dont la nationalité n'est pas précisée.

Les avoirs de ces entités et personnes sont gelés pour six mois à compter du 18 mai 2018, en vertu des trois arrêtés signés par le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

La France avait déjà gelé en janvier les avoirs de 25 entités et responsables d'entreprises syriens mais aussi français, libanais ou chinois, soupçonnés d'alimenter le programme syrien d'armes chimiques. Parmi les entreprises visées figuraient alors des importateurs et distributeurs de métaux, d'électronique et de systèmes d'éclairage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK