Conflit en Syrie : Human Rights Watch appelle à sanctionner les attaques contre les civils à Idleb

Conflit en Syrie : Human Rights Watch appelle à sanctionner les attaques contre les civils à Idleb
Conflit en Syrie : Human Rights Watch appelle à sanctionner les attaques contre les civils à Idleb - © Burak Kara - Getty Images

Les attaques menées contre des cibles civiles lors d’une offensive syro-russe dans la région syrienne d’Idleb peuvent constituer des crimes contre l’humanité, a affirmé jeudi Human Rights Watch, appelant à des sanctions internationales contre les hauts commandants des opérations militaires.

Dans un rapport de 167 pages intitulé "Cibler la vie à Idleb", l’ONG a documenté 46 attaques aériennes et terrestres contre des infrastructures civiles dans cette région du nord-ouest de la Syrie qui échappe encore à Damas. Ces attaques "s’apparentent à des crimes de guerre et peuvent constituer des crimes contre l’humanité", souligne HRW.

Elles ont été menées par l’armée syrienne et son allié russe entre avril 2019 et mars 2020, tuant au moins 224 civils, ajoute l’ONG basée à New York, précisant qu’elles ne représentent qu’une fraction de l’ensemble des attaques menées contre la population civile pendant cette période.

"Les frappes de l’alliance syro-russe contre les hôpitaux, les écoles et les marchés d’Idleb témoignent d’un mépris impitoyable pour la vie civile", a déclaré Kenneth Roth, directeur de HRW. "Les attaques illégales récurrentes semblent faire partie d’une stratégie militaire délibérée visant à détruire les infrastructures civiles et à chasser la population, pour permettre au gouvernement syrien de reprendre le contrôle plus facilement", a-t-il ajouté.

L’opération militaire contre Idleb, dernier bastion hostile au régime de Bachar al-Assad qui abrite trois millions d’habitants, a contraint environ un million de personnes à fuir la région. Une trêve conclue début mars a permis, dans une large mesure, de mettre fin aux hostilités.

Entretiens et analyse d’images satellite

HRW s’est basée dans son rapport sur des entretiens avec plus de 100 victimes et témoins, ainsi que sur l’analyse d’images satellitaires et de centaines de photographies et vidéos prises sur les sites des attaques.

L’organisation de défense des droits humains a appelé à une résolution des Nations unies, exhortant les Etats membres à imposer des sanctions ciblées contre les responsables de ces attaques meurtrières contre la population civile.

L’ONG a nommé dix responsables civils et militaires syriens et russes au sommet de la chaîne de commandement, comme responsables des attaques contre les hôpitaux, les écoles et autres infrastructures civiles.

"Des efforts internationaux concertés sont nécessaires pour démontrer qu’il y a des conséquences aux attaques illégales, pour dissuader contre d’autres atrocités à l’avenir et pour montrer que personne ne peut échapper, quel que soit son rang ou sa position, à l’obligation de rendre des comptes pour des crimes graves", a conclu M. Roth.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK