Conflit en Syrie : 57 morts dans des raids d'Israël contre des positions militaires (ONG)

Ces dernières semaines, ces bombardements imputés à Israël se sont intensifiés dans l'est de la Syrie.
Ces dernières semaines, ces bombardements imputés à Israël se sont intensifiés dans l'est de la Syrie. - © JALAA MAREY - AFP

Au moins 57 soldats et combattants prorégime ont été tués dans des frappes aériennes israéliennes visant dans la nuit de mardi à mercredi des positions militaires dans l'est de la Syrie, selon un nouveau bilan fourni par une ONG.

Les raids ont tué 14 membres des forces du régime et 43 combattants rattachés à des milices pro-Iran, parmi lesquels 16 Irakiens, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), précisant qu'il s'agissait des frappes "les plus meurtrières" jamais menées par Israël dans une Syrie en guerre depuis 2011.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, l'Etat hébreu a mené des centaines de frappes contre les effectifs de ses ennemis jurés, ciblant les troupes gouvernementales, les forces alliées iraniennes et les combattants du Hezbollah libanais.

A l'est du pays

Ces dernières semaines, ces bombardements imputés à Israël se sont intensifiés dans l'est de la Syrie, où des milices de combattants étrangers parrainées par l'Iran sont déployées dans la province de Deir Ezzor, frontalière de l'Irak.

Les dernières frappes nocturnes ont tué plusieurs personnes selon un nouveau bilan fourni à l'AFP par le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les frappes ont visé des entrepôts d'armes et des positions militaires notamment aux abords de la ville de Deir Ezzor, et dans les déserts de Boukamal et de Mayadine, a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Le secteur accueille des effectifs du Hezbollah et de la Brigade des Fatimides, rassemblant des combattants afghans pro-Iran, d'après l'OSDH.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK