Conflit à Gaza: "Une impuissance qui se transforme en colère"

Les blindés israéliens rassemblés en bordure de la Bande de Gaza
3 images
Les blindés israéliens rassemblés en bordure de la Bande de Gaza - © D. Fontaine - RTBF

Daniel Fontaine, journaliste à la RTBF, vient de revenir d'Israël ce mercredi après avoir sillonné la région et ses environs quatre jours entiers. S'il ne s'est pas rendu dans la Bande de Gaza, faute de temps, il a pu prendre le pouls. Découvrez son témoignage.

Si notre collègue affirme ne pas avoir rencontré de difficultés particulières ("si ce n'est les alertes aux roquettes") pour exercer son métier, il reconnaît que cela en aurait été tout autrement s'il s'était rendu dans la Bande de Gaza. "Car c'est une zone de guerre et de toute façon, Gaza est en permanence une zone fermée et il faut des autorisations spéciales pour y rentrer". Autrement dit, les journalistes qui veulent y rentrer ne savent jamais vraiment longtemps à l'avance quand ils vont pouvoir y aller ni quand ils pourront en sortir vu que son accès n'est pas ouvert tous les jours. En plus de cela, ils y vont à leurs risques et périls.

Cela ne l'a toutefois pas empêché de prendre le pouls côté palestinien. Il estime qu'il y a en Cisjordanie "un sentiment d'impuissance" : "Eux-même sont sous occupation et n'ont pas la vie facile. Ils voient qu'à Gaza, c'est bien pire qu'en temps normal et parlent de 'massacres'. Depuis quelques jours, cette impuissance se transforme en colère de plus en plus visible". Et d'ajouter que d'un point de vue politique, cette guerre sera peut-être contre-productive :

A Ramallah, des centaines de petits cercueils ont été installés dans un petit parc, tout un symbole en soutien aux Palestiniens de Gaza :

Du côté israélien, le sentiment est tout autre. Une large majorité semble vouloir aller jusqu'au bout :

Le toit d'une maison endommagée par des roquettes dans un kiboutz proche de la Bande de Gaza

Pour le reste, Daniel Fontaine s'est dit marqué par l'image de ces chars déployés le long de la Bande de Gaza jusqu'à la frontière égyptienne :

C. Biourge

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK