Conflit à Gaza: des habitants priés par Israël d'évacuer, mais où?

Avant l'aube, l'armée israélienne avait appelé par sms, messages téléphoniques et tracts, quelque 100 000 habitants du nord de Gaza à quitter les lieux en prévision de bombardements massifs. Mais aucune fuite massive d'habitants n'a été constatée, beaucoup soulignant n'avoir nulle part où aller.

"Ils larguent ces tracts depuis leurs avions pour dire aux gens ordinaires d'évacuer. Mais où devons-nous aller? Mieux vaut rester et mourir dans nos maisons", s'est exclamé Fayçal Hassan.

Il faut dire que la Bande de Gaza fait seulement 41 km le long et 6 à 12 km de large, le long de la mer méditerranée. Ce territoire, enclavée dans l'état d'Israël, est l'un des plus densément peuplé au monde avec 1,7 million habitants. Cela fait environ 5000 habitants au Km2, comme on l'explique dans ce reportage :

L'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a indiqué accueillir désormais 21 000 réfugiés, dont un grand nombre dorment à même le sol faute de places.

La nouvelle spirale de violence israélo-palestinienne a été enclenchée après le rapt et le meurtre de trois étudiants israéliens en juin, attribués par Israël au Hamas qui a nié, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem.

Les forces israéliennes n'ont pour l'instant pas engagé d'opérations au sol, bien que des troupes d'infanterie et chars ont été ostensiblement déployés aux abords de Gaza et 40 000 réservistes mobilisés.

Pour Giora Eiland, ex-directeur du Conseil national de sécurité israélien, l'offensive terrestre est le seul moyen de "détruire" le réseau de tunnels construit par le Hamas pour transporter les armes. "Il semblerait qu'on aille dans cette direction".


RTBF avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK