Confinement en France : fermés, les bouquinistes de la Seine lancent leur site internet

Les bouquinistes de la Seine ont fermé leurs grandes boîtes vertes en fer depuis déjà près d’un mois à Paris. Triste automne de reconfinement, où les touristes ne peuvent pas venir chiner les vieux livres et magazines pour les négocier âprement. Après un printemps déjà difficile, les vendeurs de livre emblématiques des quais de la capitale française, à la réputation internationale, n’avaient pas retrouvé entièrement leur clientèle. Une nouvelle chape de plomb leur est tombée dessus.

Alors, pour survivre, certains n’ont pas hésité à faire le grand saut, en lançant un site internet : bouquinistesdeparis.com. De quoi passer à la vente en ligne, une difficile transition pour certains, comme les personnes âgées ou qui sont trop attachés au cadre romantique des quais, raconte le journal espagnol La Vanguardia. Car bouquiniste, ce n’est pas libraire, rappelle Florence Delaunay : "Pour moi, ce travail n’est pas tant de vendre des livres que de parler aux gens et d’être là pour eux, explique-t-elle. Il y a des gens qui ne m’achètent que deux ou trois livres par an, mais je les vois toutes les semaines et nous discutons."


►►► À lire aussi : Coronavirus en Espagne : la Catalogne rouvre ses bars, ses restaurants et ses cinémas


Cette femme de 53 ans, ancienne marionnettiste, fait pourtant partie de ceux qui sont les plus actifs dans la vente en ligne. Une solution qui permet de continuer à travailler depuis chez soi, surtout lorsqu’on a que ça, comme Andy, 45 ans. "Je n’ai pas d’autre option pour survivre, s’inquiète-t-il. J’espère que la situation va s’améliorer. Sinon, je me retrouverai à la rue."

La situation des bouquinistes a toutefois vu des avancées. En octobre, le gouvernement a annoncé qu’ils faisaient bien partie de l’élargissement du plan tourisme au sein du fonds de solidarité. "Ces entreprises pourront bénéficier du fonds de solidarité, de la prise en charge à 100% de l’activité partielle jusqu’à la fin de l’année et des exonérations de charges sur la période de février à mai 2020 ", a précisé le ministère de l’Économie.

De plus, les bouquinistes (qui ne louent pas à la Ville leur emplacement de huit mètres de long, mais sont imposés sur leurs revenus) sont inscrits depuis février 2019 au patrimoine français. De quoi candidater prochainement à la distinction suprême : l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

Décorations de Noël sur les Champs-Elysées à Paris, le 22 novembre 2020:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK