Condamné, Silvio Berlusconi s'occupe de malades d'Alzheimer

Silvio Berlusconi est arrivé à l'endroit où il doit purger sa peine
2 images
Silvio Berlusconi est arrivé à l'endroit où il doit purger sa peine - © OLIVIER MORIN - BELGAIMAGE

Condamné pour fraude fiscale à un an de travaux d'intérêt général, Silvio Berlusconi a commencé ce vendredi à prester les heures requises par la justice dans une institution pour personnes âgées et handicapées dans la périphérie de Milan en Italie. Quatre heures de travaux d'intérêt général auprès de malades d'Alzheimer, une peine humiliante et symbolique du déclin politique de l'ancien flamboyant chef de gouvernement.

Dans la maison de soins "La sainte famille" à Cesano Boscone, non loin de Milan, le pavillon des malades d’Alzheimer s'appelle l'unité Saint-Pierre. Et pourtant, ce n'est pas vraiment en Pape que Silvio Berlusconi s'y est rendu.

Sa voiture l'a déposé à l'entrée du bâtiment. Il en est descendu rapidement sans proférer un mot à l'adresse de la centaine de journalistes présents, tenus à bonne distance.

Un syndicaliste déguisé en clown, qui avait réussi à entrer malgré d'importantes mesures de sécurité, l'a contesté aux cris de: "Berlusconi en prison", "le rêve des travailleurs italiens est de voir Berlusconi à San Vittore", la prison de Milan.

"Pas question d'utiliser nos patients pour faire campagne électorale!", a menacé le directeur de l'institution. Mais il en faut plus pour décourager l'ancien président du Conseil qui aurait voulu transformer cette punition en argument électoral, et qui multiplie déjà les interviews sur la question en se présentant comme faiseur de miracles.

"Je suis en train de faire des recherches sur tous les traitements qui ont été inventés, pour pouvoir mieux aider les infirmes qui souffrent de cette terrible maladie à faire plus que ce qu'ils réussissent à faire pour l'instant", a-t-il ainsi déclaré.

Les malades qu'il approchera, toujours accompagnés d'une assistante médicale, n’ont plus aucune mémoire. Pour eux, le célèbre Silvio Berlusconi est un simple visiteur, un visage inconnu dans le brouillard de leur cerveau. Une punition pour cet homme qui se nourrit de sa célébrité.

Les quatre heures prestées un jour par semaine parmi les patients de la sainte famille ne sont pas une promenade de santé. L'ancien "Cavaliere" aurait demandé un bureau et une toilette personnelle. Ce qui lui a été refusé. Dans l'unité St Pierre, Silvio est un disciple comme les autres.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK