Commerce mondial: prévisions revues à la baisse

L'OMC a révisé ses prévisions pour le commerce mondial. L'organisation prévoit désormais un recul de 10% cette année, contre une croissance de 2% en 2008. Selon le rapport, la Belgique figurait au huitième rang des pays exportateurs de marchandises en 2008.

L'ampleur finale de la baisse du commerce international et sa durée dépendront de la réponse des gouvernements à la crise, précise mercredi l'Organisation mondiale du commerce (OMC), à l'occasion de la publication de son rapport consacré aux engagements en matière de politique commerciale et mesures contingentes.

Un aspect marquant du ralentissement actuel du commerce international est la baisse synchronisée des exportations et des importations des grands pays développés et en développement depuis septembre 2008, explique l'OMC. Il n'y a pas eu d'effet de découplage rendant les pays en développement moins vulnérables.

Grande vigilance

Dans l'introduction au rapport, le directeur général de l'OMC Pascal Lamy avertit que "face à une contraction sans précédent du commerce depuis les années 30, une coopération internationale effective et des marchés ouverts sont plus indispensables que jamais".

"L'adoption de mesures protectionnistes pour faire face à la contraction de l'activité est le plus sûr moyen d'aggraver et de prolonger la crise économique", met en garde M. Lamy. Si "ce point est mieux compris aujourd'hui qu'autrefois", "il faut que les gouvernements soient décidés et clairvoyants pour pouvoir résister aux pressions", ajoute le patron de l'OMC.

"Il subsiste des risques considérables qui imposent une grande vigilance", déclare Pascal Lamy.

Le rapport examine un ensemble de mesures contingentes, comme les clauses de sauvegarde, mesures antidumping et compensatoires, renégociation des engagements tarifaires, relèvement des droits de douane jusqu'à leur niveau maximum légal et taxes à l'exportation.

Ces mesures peuvent être considérées comme "une soupape de sécurité, une forme d'assurance ou un outil d'ajustement économique" et peuvent éviter des mesures protectionnistes plus dures. Mais, si la flexibilité permet de préserver ou même de conclure un accord commercial, elle n'est pas sans conséquence et la modération est de mise à cet égard, souligne Pascal Lamy.

Il souhaite que "l'exercice de la flexibilité ne devienne pas une habitude qui nuirait à terme à la crédibilité des accords, et affaiblirait leur valeur en tant que garants d'une plus grande certitude des politiques".

M. Lamy souhaite qu'en "cette période difficile, les gouvernements montrent qu'ils ont la capacité et la volonté de faire cause commune dans le domaine de la politique commerciale". "C'est pour cette raison que je reste convaincu qu'il faut prendre les décisions nécessaires pour achever dès que possible le cycle de Doha", conclut le patron de l'OMC.

Belgique: 8ème exportateur mondial

Le rapport publié mercredi par l'OMC montre par ailleurs que la Belgique figure au huitième rang des pays exportateurs de marchandises en 2008, avec des exportations d'une valeur de 477 milliards de dollars (335,7 milliards d'euros). C'est l'Allemagne qui occupe la tête de ce classement, avec des exportations de marchandises s'élevant en 2008 à 1465 milliards de dollars. La Chine et les Etats-Unis complètent le podium.

Au niveau des exportations de services, la Belgique, avec des exportations de 89 milliards de dollars (62,7 milliards d'euros), figure en treizième position d'un classement dominé par les Etats-Unis.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK