Comment organiser vos voyages cet été ?

Test PCR, quarantaine, Passenger Locator Form… Que devez-vous faire prévoir avant de partir en vacances ? Le Comité de concertation a pris plusieurs décisions vendredi dernier, mais il reste beaucoup de questions. QR l’actu fait le point sur votre été avec Anne-Sophie Snyers, secrétaire générale de l’UPAV, l’union professionnelle des agences de voyage, et Julie Frère, porte-parole de Test-achat.

Les prix vont-ils augmenter ?

Au niveau des hôtels, la secrétaire générale de l’UPAV indique que les prix sont globalement stables. Par contre, on constate effectivement une hausse des prix des déplacements en avion : "La capacité d’offre pour les déplacements aériens est moindre que les années antérieures. Les compagnies ne prennent pas le risque de mobiliser l’ensemble de leurs flottes, et dès lors, comme l’offre est moindre, les prix grimpent. J’entends auprès de nos agents de voyages qu’il y a encore des bons plans à saisir pour le mois de juin. C’est clairement plus compliqué pour juillet août, puisque la demande est forcément plus importante".

Test PCR et certificat européen

Si vous êtes totalement vaccinés depuis au moins deux semaines, vous devriez en toute logique pouvoir éviter le test PCR pour partir à l’étranger, mais malheureusement, ce n’est pas encore le cas, comme nous l’explique Julie Frère, porte-parole de Test achat : "Le fameux certificat européen pour pouvoir voyager n’est pas encore entré en vigueur. La Belgique ne fournit pas non plus de document officiel qui permettrait de prouver la vaccination. Pour le moment, on peut juste imprimer les données inscrites sur le site Ma santé, mais ces données ne sont pas acceptées par toute une série d’états. Le test PCR est donc requis".

Anne-Sophie Snyers ajoute que dès le 9 juin, la France acceptera les voyageurs européens sans test PCR, pour peu qu’ils soient vaccinés depuis au moins 15 jours. "Nos autorités nous promettent ce certificat européen en bonne et due forme pour le 1er juillet, mais il pourrait peut-être arriver un peu plus tôt. Je suppose que cela sera annoncé lors du prochain comité de concertation le 18 juin".


►►► À lire aussi : Notre carte interactive avec toutes les informations concernant les voyages à l’étranger


En clair, jusqu’au premier juillet, le test PCR risque bien de s’avérer nécessaire pour les déplacements à l’étranger, et il est payant, comme le confirme Julie Frère : "On a l’impression que nos responsables politiques n’envisagent pas les voyages avant le 1er juillet. Alors que ce n’est évidemment pas le cas ! Des mesures devraient être prises. On aurait été en droit d’espérer des tests PCR gratuits si l’on ne peut pas prouver sa vaccination par des documents officiels. Or d’après nos informations, ces tests gratuits ne seraient proposés qu’à partir du 1er juillet".

Dédommagements possibles ?

Si l’offre est sensiblement réduite sur votre lieu de vacances en raison de la pandémie et que cela ne vous a pas été stipulé avant votre départ, vous êtes en droit de réclamer un dédommagement, explique Julie Frère. Anne-Sophie Snyers souligne de son côté qu’il faut tout de même qu’il s’agisse d’un manquement substantiel, par exemple l’accès à la piscine. La secrétaire de l’UPAV insiste sur la lecture de votre contrat. En effet, des clauses restrictives sont parfois indiquées sur les contrats.

Si une quarantaine non prévue vous était imposée à l’étranger, là encore, l’organisateur du voyage a une responsabilité et doit pouvoir vous aider, soit par une prise en charge financière ou un rapatriement. Tout cela dépendra des conditions. Il est clair, souligne Julie Frère, que le voyageur sera mieux protégé dans le cadre d’un voyage organisé. "Si vous réservez vous-mêmes votre voyage, vous n’aurez droit à rien en cas de quarantaine. Le logement et les frais d’avion seront à votre charge."

Anne-Sophie Snyers insiste sur l’importance de contracter une assurance, comme l’assurance rapatriement ou une assurance assistance, qui pourrait remédier aux frais supplémentaires en cas de quarantaine forcée. Notons enfin que l’assurance annulation ne couvre pas les cas de pandémie…

Quid pour les voyages hors Europe ?

Anne-Sophie Snyers précise que les voyages sont bien autorisés partout dans le monde. Il n’y a là aucune interdiction. "Nous avons discuté avec nos autorités pour disposer d’une liste de pays où le certificat européen attendu au 1er juillet puisse être reconnu et accepté comme si vous partiez en Europe. La France a déjà finalisé cette liste, nous l’attendons en Belgique".

Quelles formalités pour quel pays ?

On le sait : en fonction du lieu de destination, les formalités à remplir peuvent sensiblement varier… Un flou dont se passeraient bien les voyageurs. Alors comment faire pour ne pas se tromper ? Des informations sont bien entendu disponibles via les agences de voyages, les tour-opérateurs ou encore le site des affaires étrangères, mais aucun site ne reprend intégralement toutes les informations. Anne-Sophie reconnaît qu’il est souvent difficile d’obtenir des informations précises : "Les informations sont parfois floues et peuvent changer. Exemple avec le cas de l’Espagne : ce week-end, l’Espagne a modifié la règle du test PCR, qui doit à présent se pratiquer 48 heures avant le départ et non plus 72 heures avant".

Bref, si vous décidez de partir à l’étranger, soyez vigilants et renseignez-vous le mieux possible sur les conditions exigées par votre lieu de destination. Cela vous évitera de mauvaises surprises.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK