Commémoration du bombardement d'Hiroshima : "Personne n'est préparé à cela", prévient la Croix-Rouge

La Croix-Rouge flamande met en garde ce jeudi, à l’occasion de la commémoration des bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki il y a 75 ans, contre les conséquences potentiellement désastreuses d’une catastrophe nucléaire. Il serait aujourd’hui impossible de fournir une aide adéquate car aucun État ou organisation ne dispose d’une capacité humanitaire suffisante, avertit l’organisation.

"Nous devons absolument éviter que l’histoire ne se répète car personne n’est préparé à cela", déclare Laura De Grève, experte en droit international humanitaire auprès de la Croix-Rouge flamande.

Aujourd’hui les armes sont jusqu’à 20 fois plus puissantes

Selon l’organisation humanitaire, les armes nucléaires actuelles sont 10 à 20 fois plus puissantes que les bombes utilisées il y a 75 ans. "Supposons qu’une autre cible soit touchée aujourd’hui par une bombe atomique, les conséquences des attaques d’Hiroshima et Nagasaki en 1945 ne seraient rien par rapport aux dégâts humains et matériels qu’une telle arme causerait maintenant", souligne l’organisme. "L’utilisation de telles armes pourrait même mettre en danger la survie de l’humanité."


►►► Lire aussi : De la bombe atomique au Parc de la Paix : visite à Hiroshima 75 ans plus tard


La Croix-Rouge flamande avertit également du risque élevé d’une explosion nucléaire, qu’elle soit délibérée ou accidentelle. L’arsenal nucléaire mondial compterait 13.400 ogives nucléaires, dont 1800 maintenues en état d’alerte et qui peuvent donc être lancées en quelques minutes. L’organisation humanitaire estime qu’outre l’adhésion et le respect des traités internationaux sur l’usage d’armes nucléaires, les États devraient prendre des mesures urgentes pour prévenir le risque d’utilisation accidentelle ou délibérée d’armes nucléaires.

Archive du 4 août 2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK