Combattant belge en Syrie:"Avant, je combattais pour l'EI, maintenant je suis indépendant"

Combattant belge en Syrie:"Avant, je combattais pour l'EI, maintenant je suis indépendant"
Combattant belge en Syrie:"Avant, je combattais pour l'EI, maintenant je suis indépendant" - © Capture d'écran de la vidéo d'Alaan TV

La chaîne de télévision arabe Alaan a interviewé un combattant belge qui se trouve encore en Syrie en compagnie d'autres anciens membres des groupes terroristes EI et Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaeda) dont deux combattants néerlandais.

Des combattants désormais indépendants 

Ils prétendent tous les trois ne plus être loyaux à l'égard de leur groupe terroriste d'origine. Ils affirment être devenus indépendants et continuent à se battre contre l'armée du gouvernement syrien.

La journaliste Jenan Moussa de Alaan TV a pu organiser l'interview avec les trois hommes sans pouvoir elle-même être présente. Elle a donc envoyé ses questions à un intermédiaire et a diffusé l'interview ce mercredi matin.

Durant l'entretien, les trois hommes ne dévoilent pas leur réelle identité. Celui qui s'exprime avec un accent flamand a le pseudonyme "Abu Abdul Rahman al-Belgiqi". Tout comme ses compagnons néerlandais, il explique séjourner à Idleb (à 60 kilomètres de Alep) après avoir obtenu des garantie de protection de la part des rebelles locaux.

Idleb, la dernière région aux mains des rebelles

"Toute l'attention est fixée sur Idleb. C'est un peu la panique et le chaos", raconte le combattant belge dans une vidéo diffusée sur Twitter et reprise sur le site de la VRT. Idleb est en quelques sorte la dernière région aux mains des rebelles. L'armée du régime syrien serait en train de préparer une grande offensive pour récupérer à nouveau la région, selon Majd Khalifeh, journaliste spécialiste du Moyen-Orient à la VRT. 

Ces derniers mois, la province Idleb et la ville éponyme sont devenues une destination pour les rebelles vaincus qui décident de ne pas rester dans les terrains conquis par l'armée gouvernementale. De nombreux combattants de l'EI y sont allés après la chute du califat. Même si Abu Abdul Rahman affirme ne plus faire partie de ce groupe, on ne peut vérifier avec exactitude la véracité de ses propos.

Ils ne vont pas nous trahir

"Je travaille maintenant comme militaire indépendant. En groupe de dix à trente frères, nous nous intégrons dans un grand groupe armé et nous offrons nos services à toutes les missions visant à lutter contre le régime syrien", assure-t-il dans la vidéo.

Jusqu'à récemment, le groupe terroriste EI était considéré comme une menace pour les autres groupes djihadistes en Syrie, notamment parce que l'EI menaient des attaques contre eux ces dernières années. D'anciens membres de l'EI, dont des combattants étrangers, ont pu se rendre à Idleb grâce aux garanties offertes par les groupements terroristes locaux.

Le combattant belge affirme avoir entière confiance en ces terroristes : "Ils ne vont pas nous trahir. [...] J'ai entièrement confiance en la persévérance de nos frères."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK