Colombie: le président Santos lance le plan de substitution de la coca

Le président colombien Juan Manuel Santos (c) lance le 15 mai 2017 à Pueblo Nuevo le plan de substitution des plantations de coca en application de l'accord de paix signé avec les Farc
2 images
Le président colombien Juan Manuel Santos (c) lance le 15 mai 2017 à Pueblo Nuevo le plan de substitution des plantations de coca en application de l'accord de paix signé avec les Farc - © RAUL ARBOLEDA

Le président colombien Juan Manuel Santos a symboliquement lancé lundi le plan de substitution des plantations de coca, composant de base de la cocaïne, en application de l'accord de paix signé avec les Farc pour mettre fin à plus d'un demi-siècle de conflit armé.

"Pour la première fois, la Colombie (...) plus grand producteur et exportateur de cocaïne durant 30 à 40 ans, lance un plan qui offre une solution aux paysans planteurs de coca afin qu'ils la remplacent par des produits légaux", a-t-il déclaré à Peublo Nuevo, hameau de la commune de Briceño, perdu dans la cordillère des Andes, à une dizaine d'heures de mauvaise piste de Medellin (département d'Antioquia, nord-ouest).

Un programme qui concerne 83 790 familles

"La paix va nous permettre de donner une solution définitive, structurelle, à long terme à ces familles", a ajouté M. Santos, qui, sous le regard d'une trentaine de paysans et leurs familles, a symboliquement déterré un plant de coca au bas d'un champ escarpé, pour le remplacer par un bananier.

Ce programme, qui concerne 83 790 familles selon le gouvernement, entre dans le cadre de l'application du point n°4 de l'accord signé en novembre avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui a reconnu avoir financé son action par le narcotrafic. L'un des chefs de la guérilla, Pastor Alape, était lui aussi présent lundi à Pueblo Nuevo.

Cela ne garantit pas que les cultivateurs sortent de la marginalité

Le plan de substitution, lancé ces jours-ci aussi dans les départements de Meta (nord-est) et du Caqueta (sud), vise à éradiquer 50.000 hectares de coca d'ici un an. En contrepartie, il prévoit, entre autre, le versement d'une subvention mensuelle d'un million de pesos (environ 330 dollars) pendant un an aux agriculteurs qui acceptent de remplacer la coca par d'autres cultures.

"Ce million de pesos n'est qu'un début. Cela ne garantit pas que les cultivateurs sortent de la marginalité", a estimé Pastor Alape, qui a argué de la nécessité de "légaliser la terre afin que les paysans puissent avoir accès au crédit" et "que les produits aient une garantie de commercialisation".

M. Santos, qui se rend mardi aux Etats-Unis où il doit rencontrer le président Donald Trump jeudi, a salué le vote par le Congrès américain d'une aide à la Colombie de 450 millions de dollars, pour financer le plan "Paz Colombia" (Paix en Colombie). "C'est une démonstration du soutien que tout l’Etat nord-américain (...) apporte à la continuation de ce que nous sommes en train de faire", a-t-il estimé.

Pastor Alape a ajouté que "l'Amérique évolue comme un continent de paix" et appelé Washington à soutenir "le renforcement de ce processus en Colombie".

La Colombie est, avec 96.000 hectares de plantations, le premier producteur mondial de feuilles de coca et aussi premier producteur de cocaïne avec 646 tonnes en 2015, selon l'ONU.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir