Colombie : des jeunes plus politisés, fer de lance des manifestations

"Chez moi on ne parlait pas de politique, moi je passe ma vie dans les manifs !"

En Colombie, la baisse d’intensité du conflit armé a permis aux jeunes d’exprimer leur désarroi social dans la rue, et de se politiser.2019, 2020, 2021.

Depuis trois ans, le président Ivan Duque, dont le mandat s’achève l’année prochaine, essuie une succession de mobilisations sociales et contre la brutalité policière d’une ampleur inédite dans ce pays de 50 millions d’habitants, l’un des plus inégalitaires du monde.


►►► A lire aussi : Colombie : des milliers de personnes manifestent à nouveau


Le 28 avril, l’étincelle de la protestation s’est rallumée lorsque le gouvernement de droite a lancé un projet de hausse des impôts décrié, finalement retiré.

Mais les manifestations n’ont pas cessé pour autant. Elles s’enchaînent, quasi quotidiennes, avec des barrages routiers et, souvent à la nuit tombée, de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

Du jamais vu depuis la fin des années 1970 dans ce pays marqué par plus de cinq décennies d’un conflit complexe, et qui peine à tourner la page de la violence malgré l’accord de paix de 2016 avec la puissante guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Chez moi, on avait l’habitude de dire qu’on ne parlait pas de politique

Loin du débat sur la guerre et la paix, les revendications pour "plus de justice sociale", "moins de corruption", "plus d’emplois et d’opportunités" déjà présentes en 2019 sont revenues en force dans les manifestations actuelles, alors que la pandémie de Covid-19 a dramatiquement aggravé la pauvreté.

Chaque fois, en moteur de la mobilisation, les jeunes. "Chez moi, on avait l’habitude de dire qu’on ne parlait pas de politique", raconte à l’AFP Jennifer Pedraza, étudiante en économie de 25 ans, qui a émergé comme leader étudiante au sein de l’Université nationale de Colombie.


►►► A lire aussi : Colombie : une explosion dans une mine de charbon fait 2 morts et 7 mineurs piégés


En parallèle aux manifestations, elle a participé pendant un mois au sein du Comité national de grève – initiateur du mouvement, même s’il n’en représente pas tous les secteurs – aux pourparlers, infructueux, menés avec le gouvernement.

"Il y a une génération qui était terrorisée par le conflit armé", rappelle la jeune femme originaire du département de Santander (nord-est). Pour elle, "le processus de paix a représenté une ouverture démocratique importante. Aujourd’hui, mes parents vont manifester !", s’enthousiasme-t-elle.

Nous les jeunes, nous n’avons pas peur !

"Nous les jeunes, nous n’avons pas peur !", lance à son tour Tatiana Rodriguez, 29 ans, qui vit dans un quartier populaire du sud de Bogota. Elle se joint à toutes les manifestations lorsque son travail d’aide cantinière scolaire et l’éducation de ses deux enfants le lui permettent.

A 74 ans, Eduvigis Palacio ne descend pas dans la rue. Cela ne l’empêche pas d’être "totalement d’accord avec les revendications sur l’éducation, la santé, les emplois" portées par la jeunesse, même si, insiste-t-elle "rien ne justifie la violence".

Cette institutrice retraitée a vécu le conflit armé lorsqu’elle enseignait dans le département de Caqueta (sud) entre 1987 et 1991. Elle évoque la "peur car nous étions pris entre deux feux", entre militaires et guérilleros. Aujourd’hui, elle se réjouit de l'"ouverture au monde" de la jeune génération, grâce notamment à internet.

Les gens voient que se battre sert à quelque chose, comme au Chili

"Ils ont davantage conscience de l’état du pays, voient qu’ailleurs des gens ont avancé grâce à ce type de mobilisation", dit-elle. "On se rend compte que dans d’autres pays l’éducation est gratuite, qu’on te paye à l’heure et pas au forfait", s’enflamme Tatiana. "Les gens voient que se battre sert à quelque chose, comme au Chili", ajoute Jennifer.

Eduvigis n’en ferraille pas moins régulièrement avec son mari, partisan de l’ex-président de droite dure Alvaro Uribe (2002-2010) et mentor de l’actuel chef de l’Etat, élu en 2018. Son époux dénonce "un mouvement influencé par le communisme, la Chine, la Russie, Cuba et le Venezuela".


►►► A lire aussi : Colombie : le président annonce une "modernisation" de la police


De son côté, Tatiana débat avec sa sœur aînée Viviana, femme de ménage qui, tout en "appuyant les revendications", se dit "pénalisée" par les blocages qui l’obligent à des détours et donc à dépenser plus d’argent en transport pour se rendre à son travail. Elle souhaite que la crise se résolve dans les urnes.

Dans ce pays sud-américain, qui n’a jamais été dirigé par la gauche et où l’abstention reste forte (47% au scrutin de 2018), en particulier chez les jeunes, la question de l’impact de la contestation sur l’élection présidentielle de 2022 reste entière. "J’espère que l’abstention va diminuer et que des jeunes se lanceront en politique", déclare Jennifer.

Sur le même sujet: JT 29/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK