Colombie: création de l'organisation politique représentant les Farc au Congrès

L'organisation politique devant veiller au nom des Farc à la mise en application par le Congrès de l'accord de paix ratifié en Colombie avec cette guérilla a été présentée jeudi à Bogota.Intitulée "Voces de Paz" (Voix de Paix), cette organisation "est un groupe de Colombiens" ayant accepté "la difficile, mais réconfortante tâche de contribuer à la consolidation des conditions de transformation des Farc en parti politique légal", a déclaré Imelda Daza, l'une des représentantes, lors d'une conférence de presse.

"Nos voix seront les voix de l'accord de paix", a-t-elle ajouté à propos de l'organisation qui ne compte aucun membre actif des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Les guérilleros sont actuellement en train de s'acheminer vers les zones de rassemblement, où ils vont déposer leurs armes dans un délai de six mois, sous supervision de l'ONU.

L'accord - signé le 24 novembre par le président Juan Manuel Santos et le chef des Farc, Rodrigo Londoño, plus connu sous ses noms de guerre de "Timoleon Jimenez" ou "Timochenko" - prévoit que la guérilla dispose de six porte-parole au Congrès, habilités à participer aux débats sur les textes d'application, sans droit de vote. Les trois représentants au Sénat seront l'avocat constitutionnaliste et porte-parole du groupe Pablo Cruz, l'économiste Jairo Estrada et la militante des droits de l'homme Judith Maldonado.

A la Chambre des représentants ce seront Mme Daza, économiste et militante du parti de gauche Union patriotique (UP), dont de nombreux membres ont été assassinés dans les années 1980 et 1990, le leader étudiant Jairo Rivera, et le fondateur du mouvement de gauche Marche Patriotique, Francisco José Tolosa. Tous les six commenceront à siéger au Parlement la semaine prochaine à l'occasion des débats sur le projet de loi d'amnistie des guérilleros, selon M. Estrada. Ils n'ont pas écarté l'éventualité d'intégrer le futur parti politique en lequel se reconvertiront les Farc une fois démobilisées. Voix de Paix a remis jeudi au Conseil national électoral (CNE) ses statuts et son programme afin d'y être enregistrée comme groupe politique.