Clandestins: la Tunisie envoie une mission en Italie

RTBF
RTBF - © RTBF

La Tunisie s'est préoccupée de la décision de l'Italie d'accélérer les procédures d'expulsion des immigrés clandestins, dont des centaines de Tunisiens, et annoncé la visite d'une délégation sur l'île de Lampedusa, dans l'extrême sud de l'Italie.

Cette mission sera conduite par le président du Comité supérieur des droits de l'Homme et des libertés fondamentales, qui dit "suivre avec préoccupation les événements survenus dans les centres d'accueil" de Lampedusa, dans une déclaration publiée jeudi à Tunis. Ce comité proche du gouvernement indique agir "en contact étroit et permanent" avec les autorités et affirme craindre des "répercussions sur les Tunisiens résidant dans ces centres" de Lampedusa.

Sa déclaration constitue la première réaction tunisienne à la décision italienne de rapatrier quelque 500 clandestins tunisiens, parmi lesquels 107 ont été transférés mardi de Lampedusa à Rome en vue de leur expulsion.

La décision du gouvernement de Silvio Berlusconi fait suite à un accord conclu le 28 janvier entre le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni et son homologue tunisien Rafiau Belhaj Kacem. Cet accord, annoncé uniquement par Rome, engageait les deux gouvernements à intensifier la lutte contre l'immigration clandestine, selon l'agence italienne Ansa.

Pour accélérer les procédures d'expulsion des immigrés clandestins, l'Italie a ouvert à Lampedusa un nouveau Centre d'Idenfication et d'Expulsion, suscitant une forte opposition des habitants de la petite île et des clandestins présents dans un centre d'accueil. Jusqu'à présent, les clandestins ne passaient que quelques jours sur l'île avant d'être transférés dans des centres de rétention sur le continent italien.

(Belga)

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK