Cité dans deux procès, Silvio Berlusconi évite le Rubygate

Silvio Berlusconi
Silvio Berlusconi - © FILIPPO MONTEFORTE - AFP

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, affronte ce lundi deux audiences dans deux procès différents, l'un pour recours à la prostitution de mineure et l'autre pour corruption. Dans un premier temps, le Cavaliere avait "opté" pour le procès pour corruption. Au final, il n'ira à aucun des deux.

Si dans un premier temps la présence de Silvio Berlusconi avait été annoncée pour le procès pour corruption, elle a été annulée en raison d'une rencontre prévue en fin de matinée à Rome avec le président de la République. 

Silvio Berlusconi devait de toute façon être absent au procès le plus retentissant où il est accusé d'incitation à la prostitution de mineure et abus de pouvoir. La fameuse affaire Rubygate où la défense de Silvio Berlusconi a d'ailleurs marqué un point récemment. La Cour constitutionnelle a en effet jugé recevable un recours déposé par sa majorité selon lequel, le tribunal de Milan serait incompétent et devrait passer la main à un tribunal des ministres. Car le président du Conseil aurait fait pression sur la police pour faire libérer la mineure en question afin d'éviter une grave crise diplomatique puisqu'il la croyait nièce d'Hosni Moubarak. 

Outre ces deux procès concomitants, Silvio Berlusconi est jugé aussi pour surfacturation des droits de retransmission télévisés et risque cette même procédure dans une autre affaire. 

Côté ennuis avec la justice, c'est le civil aussi, qui s'en mêle : ces jours-ci, son groupe a été condamné à verser 560 millions d'Euros en dommages et intérêts à Carlos De Benedetti, pour avoir acheté un juge lors d'un verdict en sa faveur pour la prise de contrôle de la maison d'édition Mandadori. 

Salvatore Aloys


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK