Cinquante passeurs ont été arrêtés dans le cadre d'une opération internationale de Frontex

Un membre de Frontex et un policier albanais à la frontière entre la Grèce et l'Albanie. Photo d'illustration
Un membre de Frontex et un policier albanais à la frontière entre la Grèce et l'Albanie. Photo d'illustration - © GENT SHKULLAKU - AFP

Frontex, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, a arrêté 50 passeurs présumés lors d'une opération menée entre le 11 et le 21 septembre avec l'Autriche contre le trafic de migrants, la traite des êtres humains et les documents falsifiés, a annoncé l'agence jeudi.

L'opération Joint Action Day Danube 5 a également permis de détecter 7.248 migrants en situation irrégulière, de mettre la main sur 83 faux papiers, 17 voitures volées et 20.000 masques chirurgicaux non déclarés.

Collaboration de 14 pays

Quatorze autres pays y ont pris part: la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, l'Italie, la Slovénie, la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine du Nord, le Monténégro et l'Albanie. Les organisations policières Europol et Interpol sont également intervenus.

Un bureau opérationnel commun s'est établi à Vienne pour faciliter l'échange d'informations et diriger les enquêtes qui suivront l'action.

L'opération était la première action internationale de ce type organisée par Frontex cette année, et la première pendant la pandémie de Covid-19.

Elle faisait partie d'un plan de quatre ans pour lutter contre le crime organisé, qui réunit les forces de l'ordre des États membres de l'Union européenne, des agences européennes et des organisations internationales pour renforcer les frontières et la sécurité au sein de l'Europe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK