Chômage en zone euro: les jeunes toujours à la peine malgré la reprise

Alors qu'en Allemagne, le taux de chômage des jeunes était de 6,6% en décembre 2017 et en Autriche de 9,3%, il était bien plus élevé dans les pays du Sud
5 images
Alors qu'en Allemagne, le taux de chômage des jeunes était de 6,6% en décembre 2017 et en Autriche de 9,3%, il était bien plus élevé dans les pays du Sud - © Philippe HUGUEN

L'économie en zone euro tourne à plein régime, avec une croissance au plus haut en dix ans en 2017. Seule ombre au tableau, le chômage qui frappe bien plus les jeunes que leurs aînés.

Selon des chiffres publiés mercredi par l'Office européen des statistiques, le taux de chômage des actifs de moins de 25 ans est resté deux fois plus élevé en décembre 2017 (17,9%) que celui de l'ensemble (8,7%).

Des raisons structurelles

Ce taux a certes largement diminué par rapport à son plus haut niveau, 24,7% en février 2013, au plus fort de la récession dans la zone euro. Mais il reste supérieur à celui de février 2008 (15,1%), avant la chute de Lehman Brothers qui a débouché sur la crise de la dette dans les pays européens ayant adopté la monnaie unique.

 

Et pourtant, les bonnes nouvelles affluent sur la solidité de la reprise: l'an passé, la croissance économique s'est ainsi élevée à 2,5%, contre 1,8% en 2016.

Pour des raisons structurelles, le chômage des jeunes tend à être toujours plus élevé que celui des actifs en général, car ces derniers arrivent sans aucune expérience sur le marché du travail.

"Leur insertion est une succession d'essais et d'erreurs qui nécessite plusieurs allers et retours vers le chômage avant de trouver le bon poste", résume Stéphane Carcillo, économiste à l'OCDE.

Situation disparate

"Le taux de chômage des moins de 25 ans est toutefois encore plus sensible à la conjoncture, en raison de la flexibilité des contrats sous lesquels ils sont employés: quand l'économie repart, les entreprises signent rapidement des contrats pour 3 à 6 mois. Et quant elle patine, les firmes se séparent de leur CDD", constate M. Carcillo.

La situation des actifs de moins de 25 ans dans les 19 pays de la zone euro est également très disparate. Alors qu'en Allemagne, première économie de la zone, le taux de chômage des jeunes était de 6,6% en décembre 2017 et en Autriche de 9,3%, il était bien plus élevé dans les pays du Sud.

Ainsi, en Grèce, il s'établissait à 40,8% --en octobre 2017, dernier chiffre disponible pour ce pays--, en Espagne à 36,8%, en Italie à 32,2%, au Portugal à 22,1%.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK