Chine : nouvelle disparition d’un citoyen de Wuhan qui publiait des vidéos sur le coronavirus

Ses proches affirment ne plus avoir de nouvelles de lui depuis dimanche. Fang Bin aurait donc disparu. Ce citoyen de Wuhan publiait des vidéos sur les réseaux sociaux après l’apparition du coronavirus pour témoigner de la situation dans cette ville, épicentre de l’épidémie, et où les habitants sont mis en quarantaine.


►►► A lire aussi: Coronavirus: prises de températures et rues désertes, le quotidien des Pékinois


Des images interpellantes filmées à Wuhan

Les images filmées par Fang Bin étaient particulièrement interpellantes. Des sacs mortuaires entassés dans une camionnette, les couloirs surchargés de certains hôpitaux de Wuhan, et bien d’autres contextes qui était de nature à alimenter les doutes sur la capacité des autorités chinoises à prendre en charge efficacement cette crise.

Fang Bin craignait d’être emmené par la police

Fang Bin affirmait craindre pour sa liberté. Dans une interview accordée à l’agence de presse AP le 7 février dernier, Fang Bin expliquait que la police était stationnée sous les fenêtres de son appartement. Peu après, il publiait une nouvelle vidéo dans laquelle il faisait référence à Li Wenliang, le médecin chinois récemment décédé du coronavirus, après avoir tenté d’alerter ses collègues sur l’épidémie. La police avait alors demandé à Li Wenliang d’arrêter de propager cette nouvelle. Fang Bin évoquait aussi la disparition d’un autre citoyen très actif sur les réseaux sociaux.

"Le docteur Li Wengliang est mort. Je suis désolé expliquait Fang Bin, en larmes, dans cette vidéo. Maître Chen Qiushi, qui est avocat, a aussi disparu. Mon compte Wechat a été fermé. Nos amis sont très anxieux, à l’idée que les autorités de Wuhan viennent me chercher".

Pékin accusé de censure

Suite à la disparition de ces deux citoyens, des associations de défense de la presse et des droits de l’homme, notamment le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), ont dénoncé une forme de censure politique pratiquée par les autorités chinoises.


►►► Notre dossier sur le coronavirus


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK