Chine : le Ministère de l'Éducation invite les écoles à combattre la "féminisation" des garçons qui "menace la survie de la nation"

C'est grâce aux écoles que les autorités chinoises entendent combatte la "féminisation" des petits garçons
C'est grâce aux écoles que les autorités chinoises entendent combatte la "féminisation" des petits garçons - © STR - AFP

Trop "faibles", "peu athlétiques" ou encore "trop féminins", des caractéristiques qui génèrent l’inquiétude du gouvernement chinois concernant le caractère des petits garçons du pays. Dans un avis rendu par le Ministère de l’Éducation chinois interpelle les écoles à agir pour "cultiver la masculinité des étudiants". Cette position affichée par les dirigeants de cette puissance asiatique n’a pas manqué de faire réagir les internautes qui jugent le positionnement du pays sexiste.

Intitulée "Proposition visant à empêcher la féminisation des adolescents de sexe masculin", un avis rendu par les responsables politique en charge de la scolarité des jeunes chinois a encouragé les établissements scolaires du pays à réformer complètement l’offre d’éducation physique afin de "développer de manière vigoureuse" certains sports comme le football mais aussi à engager des sportifs à la retraite comme enseignants. L’objectif ? Empêcher que les jeunes garçons soient "trop féminins".

La pratique du football est principalement mise en avant dans l’avis rendu par le gouvernement. Selon la BBC, ce n’est pas si étonnant car le président Xi Jinping est féru de ce sport et ne l’a jamais vraiment caché, évoquant à qui veut bien l’entendre ses espoirs que la Chine devienne une "superpuissance mondiale du football" à l’horizon 2050.

Menace pour "la survie de la nation" ?

Si c’est la première fois que l’autorité officielle prend une telle position, plusieurs signes avant-coureurs laissaient entendre les craintes des dirigeants du pays. En mai 2020, un membre du principal organe consultatif du gouvernement chinois avait déclaré que les jeunes hommes chinois étaient devenus "faibles, timides et soumis", dénonçant une tendance à la "féminisation", rapporte la chaîne publique britannique. Il avait aussi évoqué ses craintes que de telles évolutions chez les hommes du pays soient un "danger pour la survie et le développement de la nation chinoise". Il avait donc invité les dirigeant de la puissance d’Asie à gérer le "problème" de manière efficace.


►►► À lire aussi Chine: une école pour faire des hommes, des vrais


Parmi les partisans de la mesure, les raisons de caractéristiques attribuées au genre féminin chez les garçons sont dues à deux évolutions. D’une part, l’éducation de ceux-ci par les mères et grand-mère et non plus par les pères et d’autre part, les modèles présentés notamment via les médias. Ils estiment que certaines nouvelles célébrités ne correspondent pas au modèle voulu pour les futurs hommes de la nation. C’est pourquoi ils estiment que c’est aux écoles de corriger le tir face à une jeunesse qui n’ambitionne plus d’être soldat, policier ou pompier.

Les internautes divisés

Sur les réseaux sociaux autorisés en Chine, étant donné une large censure d’internet et en vigueur dans cette puissance d’Asie, plusieurs voix se sont fait entendre, dénonçant la prise de position des autorités. Certains jugent les revendications gouvernementales "sexistes".


►►► À lire aussi : Histoire du monde : Internet en Chine


Toutefois, le débat fait rage car d’autres internautes ont pris position en faveur d’un resserrement des conduites "masculines" dans les écoles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK