Chine: Gu Kailai condamnée, le parti communiste divisé au grand jour

Le bâtiment du tribunal où a été jugée Gu Kailai dans la province de Anhui
Le bâtiment du tribunal où a été jugée Gu Kailai dans la province de Anhui - © Peter PARKS (AFP)

C'est la fin d'une saga politico-judiciaire: Gu Kailai, l'épouse d'un dirigeant communiste déchu, a été condamnée cette nuit à la peine de mort avec sursis pour l'assassinat d'un homme d'affaires britannique, des faits que l'avocate chinoise avait reconnus.

Au-delà de la sordide affaire criminelle, ce sont les divisions au sein du parti communiste chinois qui sont apparues au grand jour.

La Chinoise Gu Kailai a été condamnée à la peine capitale avec sursis, une sentence qui, en Chine, est automatiquement commuée en réclusion à perpétuité. Gu Kailai est condamnée pour l'assassinat d'un homme d'affaires britannique, un ami de longue date devenu trop gourmand après des placements d'argent douteux. Elle a reconnu lui avoir donné du cyanure. L'assassinat s'est produit un soir de novembre 2011 dans un luxueux hôtel de Chongqing, une ville de 30 millions d'habitants dirigée à l'époque par le mari de Gu Kailai, Bo Xilai, un homme destiné à occuper de hautes fonctions au parti communiste chinois mais qui est depuis tombé en disgrâce. Le procès de Gu Kailai s'inscrit dans l'une des affaires de corruption les plus retentissantes en Chine. En plus de mêler argent, crime et politique, ce scandale a exposé les divisions au sein du parti  au moment où le PC veut afficher son unité à l'approche de son 28e congrès en octobre. Pour les experts, la condamnation de Gu Kalai signifie que la direction du parti communiste est arrivée sur un consensus sur la manière de traiter le cas de son mari. Bo Xilai est visé par une enquête interne au PC pour violation de la discipline du parti. Il serait en résidence surveillée. Pas question de procès au grand jour ici, le linge sale se lave en famille.

Africa Gordillo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK