Chili: une Belge arrêtée pour dégradation d'un site

Chili: Une Belge arrêtée pour dégradation d'un site
Chili: Une Belge arrêtée pour dégradation d'un site - © Tous droits réservés

Trois personnes ont été arrêtées à l'aéroport international Arturo Merino Benitez de Santiago du Chili vendredi, l'une d'entre elles est de nationalité belge. Elles sont soupçonnées d'avoir endommagé le site protégé du Géant de Tarapaca, un géoglyphe anthropomorphique de 119m de long situé à environ 15 km au nord-est de la ville chilienne d'Huara. Ces arrestations ont été confirmées par le procureur régional Raul Arancibia : "Des images vidéos ont permis d'identifier les propriétaires du véhicule, ils ont été interrogés et, en vertu de leur déclaration, un mandat d'arrêt a été émis."

Raul Arancibia a ajouté que le véhicule aurait été prêté par une famille vivant dans la région pour effectuer une visite, et que les trois détenus "ont reconnu qu'ils se trouvaient à cet endroit."

L'enquête a débuté après qu'un témoignage a affirmé mercredi qu'un véhicule s'était rendu sur le site protégé et y avait laissé des dommages visibles et irréversibles.  

Les faits se seraient produits samedi dernier.

Le sous-secrétaire général Bravo a ajouté qu'il s'agissait "d'un crime contre la propriété, de dommages irréparables et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour réparer les dommages et appliquer des sanctions maximales aux auteurs".

Selon le procureur, la peine encourue par les auteurs des dégradations va de 541 jours à cinq ans d'emprisonnement, assortis d'une amende.

Un haut-lieu touristique 

Le géant de Tarapaca est un site prisé des touristes. Il est visible du sol contrairement aux grandes figures de Nazca. Il se trouve sur le trajet du "Chemin de l'lnca" régulièrement utilisé pour les transhumances.

On suppose qu'il représente soit un chaman, soit la divinité andine Tunupa-Tarapaca, qui fit un voyage du lac Titicaca à l'océan Pacifique. D'autres géoglyphes formés de lignes et de cercles concentriques subsistent aux alentours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK