Chili: affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Santiago, 3 morts

Trois personnes sont mortes dans l'incendie d'un supermarché qui a été saccagé dans la nuit de samedi à dimanche à Santiago en proie à de graves émeutes depuis deux jours, ont annoncé les autorités de la capitale chilienne. En effet, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont à nouveau éclaté samedi dans l'agglomération de Santiago, au lendemain de la déclaration par le gouvernement d'un "état d'urgence" dans la capitale chilienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Deux ont été brûlées et la troisième a été transportée dans un état grave dans un hôpital où elle est décédée", a déclaré à la presse la maire de la ville, Karla Rubilar. Les affrontements survenus samedi ont été signalés sur la place d'Italie, près du siège du gouvernement et dans la ville de Puente Alto, dans la banlieue sud de la capitale.

Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l'"état d'urgence" à Santiago après une journée de violences et d'affrontements nés de protestations contre l'augmentation des prix du métro. Des militaires patrouillaient samedi dans les rues de la capitale.

En dépit de l'état d'urgence, des milliers de personnes sont redescendues samedi dans les rues à Santiago et dans d'autres villes du Chili pour y faire résonner des casseroles, reprenant un mode de contestation apparu au Chili dans les années 1970, après le coup d'Etat mené par le général Augusto Pinochet en septembre 1973.

Des milliers de personnes hostiles au gouvernement de droite ont aussi été signalées dans des grandes villes comme Valparaiso et Viña del Mar, sans qu'aucun désordre majeur n'y soit cependant signalé dans l'immédiat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK