Chevaline, ce petit coin où "il ne se passe jamais rien"

Vue sur le lac et la ville d'Annecy
Vue sur le lac et la ville d'Annecy - © AFP / PHILIPPE DESMAZES

D'habitude très calme, le petit village de Chevaline en Haute-Savoie est secoué par la tuerie qui a fait quatre victimes. Les habitants ne comprennent pas ce qui a pu se passer.

"Il ne se passe jamais rien" à Chevaline, petite bourgade française au pied de la montage, sur les hauteurs du lac d'Annecy. C'est pourtant là-bas que s'est déroulé la tuerie de mercredi, qui a coûté la vie à quatre personnes.

"Surprenant? Vous voulez rire, c'est un peu plus que ça quand même. Il ne se passe jamais rien ici, alors là nom d'un chien! C'est quand même quelque chose", s'exclame un habitant, qui souhaite rester anonyme, de ce village de 200 habitants.

Depuis la mort mercredi de trois vacanciers et d'un cycliste, dans des circonstances encore non élucidées, le village de Chevaline voit défiler gendarmes, pompiers et journalistes.

Vendredi matin, les gendarmes bloquaient encore l'entrée du passage non loin du lieu de la tuerie à laquelle ont survécu deux fillettes. Ce passage, entouré de forêts est situé à la sortie de Chevaline, à l'entrée du chemin de la Combe d'Ire.

Les habitants sous le choc

Entouré des journalistes et des camions des chaînes de télévision, notamment britanniques, Yves, natif de Chevaline, admet : "C'est sûr que ça nous fait un peu drôle, il ne se passe jamais rien ici. Alors là voir toute cette agitation, ça nous fait bizarre. Mais c'est vraiment étrange ce qui s'est passé. Ici, il y a plus de vaches que d'habitants. Ça fait de l'animation ça c'est sûr mais on s'en serait bien passé. C'est quand même inquiétant ce qu'il s'est passé, on ne comprend pas."

Avant le drame, le lieu de la tuerie était plutôt réputé pour être le point de départ de ballades dans la nature, faciles à faire avec des enfants.

"C'est comme un goulet là-bas, témoigne un autre habitant. Même quand les chasseurs y vont on n'entend pas les coup de feu". Près de la voiture des victimes, une quinzaine de douilles ont été retrouvées. La famille avait passé quelques jours dans un camping proche.

Les possibles scénarios de la tuerie alimentent les discussions et les questions sont nombreuses :  règlements de comptes, drame familial, tireur fou?  "C'est quand même fou quand on y pense. Hier les enfants avaient du mal à s'endormir, ils voulaient qu'on ferme les portes et les fenêtres", explique un ami d'Yves.

Dans un des rares bars du village, la tenancière considère le drame comme "incroyable. C'est le bout du monde ici, il n'y a personne". Elle remarque d'ailleurs,  en allusion à l'auteur ou aux auteurs de la tuerie, que si certains "veulent se planquer", ils "ont trouvé le coin parfait".

 

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30