Charles Michel sur l'accord Brexit: "Je suis optimiste, mais il faut rester prudent"

Charles Michel sur l'accord Brexit: "Je suis optimiste, mais il faut rester prudent"
Charles Michel sur l'accord Brexit: "Je suis optimiste, mais il faut rester prudent" - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Bruxelles vit une semaine européenne comme elle n'en a pas vécue depuis très longtemps, avec cet accord sur le Brexit entre les négociateurs européens et britannique. Le Conseil européen se réunit pour valider ce texte. Il restera encore un obstacle, et quel obstacle (outre le Parlement européen) : la ratification par la Chambre des Communes britannique. C'est donc avec un double sentiment qu'est arrivé au Conseil européen le Premier ministre belge, Charles Michel : optimisme et prudence. "C'est un pas en avant, dans la bonne direction. (...) Il est certain que le diable est dans les détails. On va regarder les différents textes, documents, la formulation juridique. Mais le sentiment qui prédomine est positif, un sentiment de satisfaction. Mais aussi un sentiment réaliste de prudence. Ce n'est pas la première fois que le Conseil valide un texte. Il faut aussi que le parlement britannique puisse valider ce texte."

Protéger le marché intérieur

L'intérêt supérieur des 27, c'est la protection du marché intérieur. Les atermoiements autour de la question (nord-)irlandaise montrent, d'un côté comme de l'autre, l'équilibre subtil qu'il a fallu dégager pour tomber sur un accord, pour assurer, à l'avenir, une compétition économique saine entre les Vingt-Sept et son voisin britannique. Pour Charles Michel, c'est positif : "Sur la base des informations en notre possession, on a le sentiment que la protection de l'intégrité du marché intérieur est au rendez-vous, que cette exigence d'avoir une compétition loyale est présente.

Charles Michel exprime un "espoir" : "Ca fait trois ans que le choix britannique est intervenu, trois ans que les négociations sont difficiles. On est optimiste, positif, mais je n'oublie pas - ce n'est pas un détail - que le parlement britannique doit encore marquer son accord".

Rendez-vous samedi pour une journée forcément historique...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK