Charles Michel en Tunisie et Algérie: économie, migration et sécurité

Charles Michel en Tunisie et Algérie: économie, migration et sécurité
4 images
Charles Michel en Tunisie et Algérie: économie, migration et sécurité - © ERIC LALMAND - BELGA

Ce lundi, le Premier ministre Charles Michel débute une importante mission en Tunisie. Accompagné de ses homologues luxembourgeois et néerlandais, Charles Michel se rend sur place dans le cadre d'une mission Benelux. Politique, économie, migration, sécurité... autant d'enjeux qui sont au cœur de cette visite dans ce pays du Maghreb, qui s'est lancé dans une transition démocratique depuis la révolution populaire de 2011.

Des rencontres politiques et économiques 

La journée de lundi commencera par une réunion entre les Premiers ministres belge, néerlandais et luxembourgeois avec des experts tunisiens spécialisés en politique, socio-économie et sécurité. Ils dresseront un premier portrait de la Tunisie à travers ces trois domaines. Direction ensuite le Palais de Carthage pour une entrevue avec le Président de la Tunisie. Investi le 31 décembre 2014, Béji Caïd Esselbsi a été précédemment Premier ministre du pays, président de la Chambre des Députés et encore avant cela, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Défense. Suivra ensuite une rencontre avec l'actuel Premier ministre, Youssef Chahed, en fonction depuis seulement 3 mois. Il sera bien sûr question de la stabilité politique du pays mais aussi de son économie.

Car la Tunisie tarde à se relever et les cinq années qui viennent de s'écouler depuis sa révolution de 2011, ont été difficiles. Le pays est économiquement malade avec une dette de 20 milliards d'euros, soit la moitié de son PIB. Pour attirer les investisseurs, la Tunisie a organisé, fin novembre, une grande conférence internationale où étaient invités des dirigeants étrangers et des représentants d'institutions internationales. Au cours de cette conférence, près de 14 milliards d'euros d'aide étrangère ont été annoncés. Ils serviront à financer des travaux d'infrastructure.

Sur place, les Premiers ministres du Benelux rencontreront des investisseurs belges, néerlandais et luxembourgeois. Parmi les invités : la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), la Confédération de la Construction ou encore des représentants du secteur de la mode.

La question du terrorisme

Charles Michel et ses homologues évoqueront aussi avec les représentants tunisiens le délicat sujet du terrorisme. Cela fait un an que le pays a décrété l'état d'urgence suite à une série d'attentats sanglants en 2015 : au Musée du Bardo (22 morts dont 21 touristes étrangers), sur la plage d'un hôtel près de Sousse (38 touristes tués) ou encore dans un bus de la garde présidentielle au cœur de Tunis (12 agents tués). A chaque fois, ces attentats ont été revendiqués par le groupe terroriste État islamique. Comme l'Europe, la Tunisie est confrontée au retour des combattants partis se battre en Irak, en Syrie et aussi en Libye, le pays voisin.

Au-delà des discussions politiques, Charles Michel participera à Tunis à une cérémonie d'hommage au Musée du Bardo. Une gerbe de fleurs sera déposée et un moment de recueillement sera organisé devant le monument dédié aux victimes de l'attentat du 18 mars 2015.

L'Algérie et la question des migrants

Après la Tunisie, Charles Michel poursuivra sa mission en Algérie dans le cadre d'une visite bilatérale. Il sera accompagné par le secrétaire d’État à l'Asile et la Migration Theo Francken. A l'image de ce qui s'est fait avec le Maroc, le gouvernement de Charles Michel souhaite lancer des discussions avec les autorités algériennes sur la réadmission des ressortissants algériens qui ne sont pas en règle de séjour sur le territoire belge. Cela prendra sûrement du temps et un accord définitif ne sera certainement pas conclu lors de cette visite. Mais l'objectif est avant tout d'avancer sur ce dossier.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK