De l'Union soviétique à Hong Kong, la chaîne humaine comme moyen de protestation

Chaîne humaine sur le territoire de la ville semi-autonome de Hong Kong
6 images
Chaîne humaine sur le territoire de la ville semi-autonome de Hong Kong - © LILLIAN SUWANRUMPHA - AFP

Les manifestations se poursuivent à Hong Kong. Aujourd’hui, les protestataires continuent leur mobilisation en organisant une chaîne humaine sur le territoire de l’enclave. Le mouvement de contestation a pour origine un projet de loi qui permettait l’extradition de suspect vers la Chine continentale. Un projet qui a depuis lors été abandonné.  Les contestataires formulent à présent 5 exigences :

  • Abandon définitif du projet de loi sur l’extradition vers la Chine continentale.
  • Enquête sur les violences policières apparues tout au long de la contestation.
  • Abandon par les autorités du terme " Emeute " pour qualifier les manifestations.
  • Abandon des poursuites contre les manifestants
  • Reprise de la réforme politique.

La contestation n’a pas cessé depuis le mois d’avril dernier.

Les chaînes humaines : la force de l'image

L'image d'hélicoptère et le long ruban d'une file sans fin, reliant un horizon à l'autre. C'est la puissance de l'image recherchée par les manifestants. De tous bords, et un peu partout sur le globe. Petit tour d'horizon non exhaustif. 

Chaîne Balte : 23 août 1989

La chaîne humaine de Hong-Kong se veut un rappel de la Voie Balte. Une autre chaîne humaine, organisée en 1989 par les habitants des 3 pays Baltes : Lituanie, Estonie, Lettonie. Elle a eu lieu le 23 août 1989 et se voulait à son tour la commémoration des 50 ans de la signature du pacte Molotov Ribbentrop. Cet accord, aussi connu comme traité de non-agression entre l’Allemagne nazie et l’Union Soviétique signé en 1939, avait pour effet la partition de la Pologne et l’annexion des pays Baltes au profit de l’URSS.

En 1989, près de 2 millions de personnes se sont jointes à la chaîne qui s’est déroulé sur 600 kilomètres. L’événement a été le déclencheur du processus qui a abouti par l’indépendance des pays Baltes en 1990.

Une répétition de ce même événement a d’ailleurs eu lieu en 2019 pour commémorer les 3 indépendances et la vague de réformes qui a traversé les pays de l’ancienne Union Soviétique

Chaîne Iran : 9 juin 2009

A Téhéran, en Iran, à quelques jours du scrutin qui opposait Hossein Mousavi au président Ahmadinejad à la poursuite d’un deuxième mandat, des dizaines de milliers de supporters du challenger se sont alignés le long de l’avenue Vali-e-Asr. Pour se reconnaître, les partisans de Mousavi ont revêtu des chasubles vertes et ont occupé les trottoirs de l’artère de 18 kilomètres de long. Le président Ahmadinedjad a été été réélu mais son deuxième mandat a été émaillé de protestations tant internes qu’internationales.

Chaîne Pays Basque : 10 juin 2018

Au Pays Basque, en Espagne, au mois de juin 2018 et à l'appel de diverses organisations, partis et syndicats indépendantistes, 175.000 personnes se sont rassemblées pour revendiquer le droit à l'autodétermination. La chaîne humaine s'est étendue sur plus de 200 kilomètres au travers du Pays Basque espagnol. 

Chaîne Puerto Rico : 27 juillet 2019

Les chaînes humaines sont des dispositifs de communication au même titre que les grands rassemblements. Leur force réside dans leur longueur. Ici, à Puerto Rico, les manifestants entendaient appeler à la paix et à l'unité dans la bataille à la succession qui fait suite à la démission de l'ancien gouverneur de l'île des Caraïbes. Ricardo Rosselli a démissionné suite à des allégations de détournements de fonds de la part de membres de son administration. La manifestation a réuni près de 500.000 personnes même si la chaîne humaine, au fort pouvoir symbolique et graphique ne rassemblait que 200 personnes. C'est aussi cette force qui est invoquée par les manifestants pour faire montre de leur unité et de leur détermination. 

Chaîne humaine sur le Boulevard Lambermont (05/02/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK