Cette juriste milite pour faire reconnaître le crime "d'écocide"

Cette juriste milite pour faire reconnaître le crime "d’écocide"
Cette juriste milite pour faire reconnaître le crime "d’écocide" - © Tous droits réservés

Être tenu responsable de crimes perpétrés contre la nature. C’est la volonté de Valérie Cabanes, juriste en droit international.

"Depuis la 1ère ère industrielle, nous avons agi comme des prédateurs sur Terre". Pour Valérie Cabanes, le constat est sans appel. Cette juriste en droit international veut que la justice pénalise les atteintes à l’environnement en reconnaissant le crime "d’écocide".  

Des dommages impunis

"Comment se fait-il que ceux qui induisent, financent, décident, effectivement, de toutes les technologies qui détruisent l’atmosphère, la biodiversité et la biosphère soient, aujourd’hui, dans une totale impunité et puissent continuer à faire ce qu’ils font ?", se demande Valérie Cabanes. Une question qui mérite, selon elle, que la justice nationale, européenne et internationale se penche dessus. En effet, la juriste estime que "ceux qui commettent ce crime, détruisent les conditions vitales pour tous".

À l’avenir, Valérie Cabanes aimerait que les jeunes s’emparent également du sujet et aillent "chercher le courage des juges" si "les politiques ne font rien". "Partout dans le monde, des juges demandent à ce que les Etats respectent les droits des générations futures et de la nature."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK