Ce G20 n'a fait que "répéter des choses déjà dites par le passé" (CNCD)

Le G20 a dû se consacrer en urgence aux crises grecques et italiennes et donc à celle de la zone euro. Les autres grands pays de la planète ont essentiellement renvoyé l'Europe à elle-même. Pour limiter un éventuel ralentissement économique mondial, les pays en excédent, comme la Chine et l'Allemagne, ont pris l'engagement d'encourager leur consommation intérieure. Le G20 a aussi convenu d'une régulation financière plus stricte au niveau mondial.

Mais du côté des ONG, on est plutôt déçu: ce G20, comme les précédents, pourrait bien avoir répété les mêmes engagements sans vraiment les concrétiser.

"En terme de régulation financière, on répète des choses qu'on avait déjà dites", estime ainsi Arnaud Zacharie, président du CNCD (Centre National de Coopération au Développement). "On dit qu'on veut encadrer les produits dérivés de gré à gré, contrôler les bonus, identifier les banques qui présentent des risques systémiques, enrayer la spéculation sur les marchés des matières premières agricoles. Donc, tout cela, ce sont des avancées tout à fait positives mais le problème, c'est leur concrétisation. On ressort un peu de vieux plats. Ce qu'on préfèrerait, c'est qu'on dise clairement qu'on veut séparer les fonctions de banques d'affaires et de banques commerciales pour éviter que les banques puissent utiliser l'épargne des gens pour spéculer sur les marchés. Ce serait une mesure beaucoup plus claire et qui permettrait d'éviter les risques systémiques."

Marc Molitor
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK