Catalogne: poursuivi pour rébellion, Carles Puigdemont risque jusqu'à 30 ans de prison

Une "triste journée où la déraison l'a emporté sur la loi", a déclaré Rajoy suite à la décision du président catalan Carles Puigdemont de proclamer vendredi l'indépendance de la Catalogne. La réaction de Madrid ne s'est pas faite attendre: le gouvernement catalan et son dirigeant ont été destitués en vertu de l'article 155 de la Constitution espagnole. 

Officiellement, ce samedi matin, Carles Puigdemont n'est donc plus le président de la Catalogne. Que va-t-il faire? Dans tous les cas, il devra faire face à la justice. Il sera poursuivi pour rébellion et risque jusqu'à 30 ans de prison.

Une centaine de hauts fonctionnaires - dont le directeur de la police catalane - ont également été démis de leurs fonctions. Les employés de l'administration catalane qui refuseraient d'obéir à Madrid seront, eux, suspendus.

Elections le 21 décembre

Vendredi, Mariano Rajoy a convoqué des élections régionales le 21 décembre prochain. Il s'agit du délai le plus court. La suspension de l'autonomie ne devrait dès lors durer que huit semaines. 

>>> A lire également: l'indépendance de la Catalogne: tout sauf un "récent caprice de riche" (ligne du temps) 

Le chef du gouvernement espagnol espère ainsi stopper la vague indépendantiste. Pour lui, ces mesures servent à empêcher les dirigeants séparatistes de poursuivre "leur escalade de désobéissance".

Que va-t-il se passer?

De nombreuses questions persistent. Comment la sécurité intérieure va-t-elle être gérée? Que vont devenir les 300 000 fonctionnaires qui travaillent en Catalogne? L'article 155 de la Constitution permet bien à Madrid de prendre les mesures qu'elle juge "nécessaires" mais n'offre pas plus de précisions. Le flou juridique est donc total.

Une autre question se pose également: comment les Catalans vont-ils réagir? Vendredi soir, des milliers de personnes ont célébré l'indépendance dans la région. Mais, en même temps, de nombreux Catalans demeurent hostiles à l'indépendance. Un sondage publié le week-end dernier révélait qu'une majorité des Catalans étaient en faveur de plus d'autonomie, mais pas d'une indépendance de la région. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK