Catalogne: en ordre dispersé, les autonomistes pourraient gâcher leurs chances de réunir une majorité

Les statuettes en positions « scabreuses » font partie du folklore catalane en période de Noël. Les  élections  anticipées prévues pour le 21 décembres ont déjà donné des idées aux « artistes » chargés de créer des personnages en céramique. Les ventes sont assurées...
Les statuettes en positions « scabreuses » font partie du folklore catalane en période de Noël. Les élections anticipées prévues pour le 21 décembres ont déjà donné des idées aux « artistes » chargés de créer des personnages en céramique. Les ventes sont assurées... - © JOSEP LAGO - AFP

Les indépendantistes continuent à mobiliser la région mise sous tutelle par Madrid. Mais, dans le même temps, les partis politiques favorables à l'indépendance ont échoué à se rassembler dans la perspective des élections anticipées du 21 décembre. Une situation qui risque de les affaiblir.

Parce que le système électoral donne une prime en sièges au parti vainqueur, si les trois partis indépendantistes formaient une liste unique, ils augmentaient leur chance de l'emporter face au camp favorable à l'unité espagnole. D'autant que les sondages prédisent à nouveau une répartition des électeurs à parts égales entre les deux tendances. Mais le camp des indépendantistes est divisé entre partis de gauche et de droite. Et ils ne sont apparemment pas parvenus à surmonter leurs rivalités. La campagne électorale s'annonce donc électrique, alors que 8 membres du gouvernement régional destitué par Madrid sont en prison, et 5 autres exilés en Belgique. Ce que confirme Enrique Mir, l’un des bourgmestres catalans, venus à Bruxelles interpeller l'Europe : "Ce ne sont pas les meilleures conditions pour pouvoir établir des élections en toute liberté. Nous espérons également de la communauté internationale qu'elle veillera au bon fonctionnement de ces élections. Pour qu’elles se fassent d'une façon transparente, et totalement démocratique. "

J'exige le respect des résultats. Etes-vous disposé à accepter le résultat ? Nous oui

Malgré ses difficultés, l'ex-président régional a répété mardi sa volonté de respecter le résultat des urnes, tout en défiant Madrid à ce sujet. "Je n’ai pas demandé, j'exige le respect des résultats. Etes-vous disposé à accepter le résultat ? Nous oui ". Mais le résultat du scrutin est loin d'être gagné d'avance pour les indépendantistes.

En attendant, à Bruxelles et à Madrid, les Premiers Ministres, Charles Michel et Mariano Rajoy doivent, chacun, s'exprimer ce mercredi devant leur parlement sur cette crise catalane. L'accueil chez nous des dirigeants indépendantistes met la coalition fédérale sous tension.

Journée de protestation en Catalogne ce 08 novembre, avec manifestations et blocages, comme ici sur l'autoroute AP-7 près de Figueras:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK