Catalogne: Charles Michel demande à Theo Francken de ne pas "jeter de l'huile sur le feu"

Le Premier ministre Charles Michel a demandé à Theo Francken (N-VA) de ne pas jeter"de l'huile sur le feu" dans le dossier catalan après que le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration s'est dit prêt à accueillir en Belgique le président catalan destitué Carles Puigdemont.

Une éventuelle demande d'asile de Carles Puigdemont n'est "absolument pas à l'ordre du jour", a précisé dimanche Charles Michel à Belga, réitérant son appel au dialogue entre les autorités espagnoles et catalanes.

Le vice-Premier Alexander De Croo n'a pas non plus apprécié les propos du secrétaire d'Etat N-VA. "De tels propos n'aident pas et ne constituent pas la position du gouvernement. Il est important de calmer les esprits plutôt que de les exciter", a indiqué le libéral flamand.

On y répondra convenablement

Theo Francken avait déclaré ce dimanche au micro de la VRT que "la situation en Catalogne est en train de dégénérer. On peut supposer, de manière réaliste qu'un certain nombre de Catalans vont demander l'asile en Belgique. Et ils le peuvent. (...) Ils pourront demander une protection et introduire une demande d'asile et on y répondra convenablement."  Le secrétaire d'Etat s'est également demandé si Carles Puigdemont pourrait être assuré d'un procès équitable en Espagne.

Carles Puigdemont avait laissé entendre, voici quelquesjours qu'une demande d'asile auprès d'une ambassade d'un pays européen était une possibilité pour lui. La Belgique aurait sa préférence.

Vendredi, le parlement catalan a proclamé de façon unilatérale l'indépendance de la Catalogne. La réaction de Madrid ne s'est pas faite attendre: le gouvernement catalan et son dirigeant ont été destitués en vertu de l'article 155 de la Constitution espagnole. Poursuivi pour rébellion, Carles Puigdemont risque jusqu'à 30 ans de prison.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK