Castiglione del Lago en Ombrie : le village qui résiste aux sirènes du populisme

Castiglione del Lago en Ombrie: le village qui résiste aux sirènes du populisme
4 images
Castiglione del Lago en Ombrie: le village qui résiste aux sirènes du populisme - © Tous droits réservés

Castiglione del Lago, sur les bords du Lac Trasimène, dans la province de Pérouse, au centre de l’Italie. Dans cette petite cité de 15.600 habitants, il fait bon vivre. Les touristes apprécient les ruelles animées et la forteresse médiévale. Castiglione n’est pas peu fière de son label " plus beaux bourgs d’Italie ". Depuis les élections européennes, le sympathique village détonne aussi par sa " résistance ". La Ombrie, région traditionnellement de gauche est passée à droite. La Ligue est devenue le premier parti politique du pays. Avec plus de 34% des voix, le parti nationaliste de Matteo Salvini fait la course en tête. Mais pas à Castiglione del lago.

 

Plus de 63% des voix

Matteo Burrione a fait la course en tête dans les urnes. Il s’est imposé avec plus de 63% des voix. Pour le maire de centre gauche, c’est la bonne vieille méthode du porte à porte qui a porté ses fruits. " Quand les habitants nous parlaient de sécurité, car la Ligue voulait transférer les problèmes de la sécurité et de l’immigration à Castiglione, en disant que c’était une urgence, moi j’ai toujours répondu que la vraie urgence ici, ce n’est pas la sécurité, ce n’est pas l’immigration, l’urgence c’est le travail ! "

Un peu comme dans une célèbre bande dessinée, les habitants de Castiglione ont résisté aux sirènes du populisme, presque insensibles aux discours de Matteo Salvini. Allessandra Tonietto est fromagère et les propos parfois crus du président de la Ligue l’impressionnent peu. " L’idéologie de la Ligue n’est jamais entrée ici dans la ville. Nous restons fidèles à nos idées, mais on espère quand même qu’avec la nouvelle génération d’élus les choses changeront ! "

Même son de cloche chez Stefania Dente, la céramiste. " Je pense que si nous sommes restés unis et fidèles à nos idées " explique-t-elle, " c’est parce qu’ici ils ont promis de tout miser sur le travail et le tourisme… Et le pays doit aussi faire cela au niveau européen. ". Et d’ajouter :S’isoler du reste de l’Europe n’est pas la bonne solution pour un pays touristique comme l’Italie. "

Les commerces du village sont bien souvent tenus par des femmes. Elles ont le verbe facile. A l’image de Barbara Marchettini, la bijoutière. Pour elle c’est clair, il faut refuser de construire des murs. " Je ne crois pas aux barricades, je ne crois pas aux murs contre les murs, je pense que si quelqu’un a un problème il faut le résoudre mais pas en construisant des murs. "

 

 

La région de Ombrie a toujours été considérée le cœur rouge de l’Italie,

Dans un passé pas si lointain, la gauche y gagnait avec près de 80% des voix. Comme l’explique Maria Laura Sebastianelli, secrétaire du parti démocrate à Castiglione del Lago, les raisons de l’avancée de la ligue sont dues aux erreurs de la gauche qui en réalité n’a plus défendu les personnes qui doivent par exemple vivent avec une toute petite pension. " Et donc je crois que les élus doivent rencontrer les gens, les écouter, et démonter la propagande de La Ligue " affirme-t-elle.

De l’autre côté du lac Trasimène, le parti de Matteo Salvini a clairement gagné les élections avec 45% des voix.

 

Migration et sécurité

Andrea Mariottoni est Cafetier à Passignano sul Trasimeno, 5700 habitants, au nord-est du Lac. En votant Salvini, il espère que quelque chose changera, tout en reconnaissant que le président de la Ligue a fait beaucoup de promesses. Dans cette petite bourgade paisible, il y a très de peu de migrants, voire aucun ! Mais la personnalité de Matteo Salvini a pesé lourd dans la balance. " C’est Matteo Salvini, qui a réussi à motiver les gens, à nous expliquer les problèmes et surtout à contenir l’immigration… D’une certaine façon " explique Tiziano Brandelli, vendeur de souvenirs. " Mais il a tout le monde à dos, tout le monde est contre lui. "

Sur le lac Trasimène, la vie ressemble à un long fleuve tranquille. Mais à y regarder de plus près, de part et d’autre de ses rives se dessinent deux villages.

 

A découvrir ce dimanche 16 juin sur la Trois dans l’émission le Maxi Bar de l’Europe vers 23h et ce lundi 17 juin sur TV5-Monde à 17h

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK